Coup de projecteur sur le parcours de Kerry Gladys NTIRAMPEBA, championne national de slam poésie, Edition 2020

Coup de projecteur sur le parcours de Kerry Gladys NTIRAMPEBA, championne national de slam poésie, Edition 2020

Kerry Gladys NTIRAMPEBA est l’aînée dans une fratrie de quatre enfants dont deux filles et deux garçons. Après son cursus au Lycée du Saint Esprit, elle étudie la Nutrition à l’Université Lumière de Bujumbura. Elle est en 2ème baccalauréat. A part qu’elle s’applique à l’écriture, elle est aussi passionnée des arts de la scène.  Samedi 22 août 2020, elle remportait haut la main la deuxième Edition du championnat national de slam poésie.

 

Je me verrai bien en faire un métier, mais pas le seul slam poésie comme profession, mais tout ce qui génère de revenues.

La championne Kerry Gladys NTIRAMPEABA, après sa victoire.©Akeza.net

 

Ses 9 ans à pratiquer le « spoken word » ont payé. Sa victoire au niveau national lui donne l’opportunité de représenter le Burundi au niveau continental. Kerry Gladys sera en Éthiopie, où elle va représenter le Burundi à la Coupe d’Afrique de Slam Poésie.

 

Sa découverte du slam         

 

Lorsque Kerry Gladys découvre le slam, elle a 13 ans. En cette année 2011, elle fait sa 8ème année au Lycée du Saint Esprit. Son ami Alain Tanguy IRADUKUNDA, animateur de l’émission « Plaza Slam » à la Radio Culture, découvre ses publications de textes empreints de poésie sur Facebook.  « Ce jour-là, il m’a écrit sur Facebook et m’a invitée à la radio. Il m’a dit qu’il trouvait que j’écrivais dans un style appelé slam. C’est ainsi que j’ai découvert le slam», raconte-t-elle.

 

Kerry Gladys NTIRAMPEBA lors de la conférence de presse de la finale du championnat burundais de slam poésie.©Akeza.net

 

« Alain Tanguy était membre d’un un club de slam appelé « Quick ça Slam ». J’ai alors adhéré à ce club», ajoute-t-elle.

 

C’est ce club qui, avec d’autres groupes de slam de la Mairie de Bujumbura notamment Super Slam, Yetu Slam, Slam for New Generation …, va évoluer vers le collectif Jewe Slam. Des scènes slam seront organisées chaque mois à l’Institut Français du Burundi depuis 2016.

 

La passion paie !

 

Armée de passion et de volonté, Kerry Gladys va se former au contact de ses compères de Quick ça slam. « J’étais très jeune et la seule à ne pas avoir de notions sur le slam poésie. Nous faisons des ateliers d’écriture et nous nous échangions nos textes pour nous corriger mutuellement. Ils m’ont bien encadré en m’indiquant quoi à faire », se remémore-t-elle

 

Après 4 ans dans le slam poésie (en octobre 2015), lors de la célébration des 70 ans de l’ONU à Bujumbura, Kerry Gladys, élève en seconde scientifique au Lycée du Saint Esprit, présente son texte de SLAM rendant hommage à l’ONU et fait frémir la salle.  « (…) Laissez-moi conter et raconter les merveilles de cette organisation. Laissez-moi voyager dans le temps, de la SDN à l’ONU. Laissez-moi compter l’incomptable, car les bienfaits de l’ONU sont bel et bien innombrables. Innombrables mais palpables. Regardez autour de vous, ses réalisations sont telles des grains de sable (…) », slamait-elle.

 

Une étudiante burundaise déclame l’ONU en SLAM

 

Plus tard, la slameuse Kerry Gladys bénéficiera de formations en slam à l’Insititut Français du Burundi par des  slameurs venus de la France, du Tchad et du Madagascar. C’est sont notamment Rouda Brindille, Thomas Lyor Ostier, Croquemort et Caylah. Ces formations la pousseront à bien aiguiser sa plume. « Maintenant, je peux voir la différence entre mes textes et ceux d’avant. J’ai bien évolué au niveau la composition tout comme dans la performance », se réjouit-elle.

 

Kerry Gladys NTIRAMPEBA entrain de slamer en pleine finale du championnat burundais de slam poésie.©Akeza.net

 

Par après, Kerry participe aux compétitions interscolaires de slam poésie. Lors de l’édition 2018 du championnat burundais de slam poésie, elle était arrivée 2ème, juste après la championne Huguette IZOBIMPA. Il lui faudra attendre 2 longues années pour connaître la consécration avec l’édition 2020.

 

Kerry Gladys compte parmi les slameurs burundais ayant le plus emprunté le chemin du studio. Elle a déjà produit deux clips vidéo et cinq audios.

 

La championne de slam poésie Edition 2020 ne se refuse rien et rêve même de faire carrière. Clairvoyante, elle veut dégager son horizon et mettre de son côté toutes les chances. « Je me verrai bien en faire un métier, mais pas le seul slam poésie comme profession, mais tout ce qui génère de revenues. C’est pourquoi je suis en train de poursuivre mes études en nutrition afin de décrocher un diplôme d’université. Il faut que tous les horizons me soient ouverts », conclut-elle

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments