Consommation d’alcool par les jeunes : Des chiffres inquiétants

Consommation d’alcool par les jeunes : Des chiffres inquiétants

Des verres de bière ©DR

Au Burundi, la bière fait partie de la tradition. Considéré comme un élément de socialisation, l’alcool accompagne tous les moments de la vie du peuple burundais. Mariages, anniversaires, enterrements, diplômes, toutes les occasions sont bonnes pour partager un verre en famille, entre amis ou même avec un étranger. Cependant cette omniprésence de l’alcool cause un problème de société non négligeable car celui-ci touche une des tranches les plus fragiles de la société : la jeunesse.

 
La consommation d’alcool chez les jeunes est un réel problème de société. En effet, au Burundi la consommation de boissons alcoolisées chez les jeunes commence dès le bas âge. Dans le cadre du programme dénommé « Prévention des méfaits liés à la consommation d’alcool chez les jeunes » piloté par l’Association des Guides du Burundi et l’Association des Scouts du Burundi, des enquêtes et des études sont menés depuis 2009, cela pour mesurer l’ampleur et l’impact de la consommation d’alcool chez les jeunes. Et les résultats sont assez alarmants.

 
Selon la première étude menée en 2009 dans 5 provinces du Burundi, il s’avérait que 58.5% de jeunes entre 7 et 20 ans consommaient régulièrement de l’alcool. Signalons que cette enquête a été faite sur un échantillon de 2872 enfant. En 2012, 61.9% des enfants interrogés dans la province de Gitega et en Mairie de Bujumbura affirmaient consommés de l’alcool. Cette consommation d’alcool des plus jeunes est le plus initiée dans la cellule familiale. En effet boire étant une tradition, les enfants apprennent à boire en famille. Selon l’étude faite en 2009, dans la province de Gitega et en Mairie de Bujumbura 57.3% des garçons et 64.3 des filles sont influencés par leurs parents à consommer de l’alcool. On comprend avec ses chiffres que la cellule familiale joue un rôle important dans l’initiation des jeunes à la consommation d’alcool.

 
Mais cette consommation d’alcool dès le jeune âge comporte des inconvénients non négligeables. La jeunesse étant le domaine de l’insouciance et l’innocence, le caractère désinhibant de l’alcool pousse souvent les jeunes à poser des actes de maladresse qui peuvent avoir des conséquences dangereuse au point de porter atteinte à leur intégrité physique.

 
Selon une étude de 2012 mené dans 7 provinces dans le cadre du programme cité plus haut, 22.4% des jeunes ont déjà vécu une situation de bagarre après avoir consommé de l’alcool ou encore 14.5% ont déjà étaient malade suite à la consommation de l’alcool. Cela sans compter les conséquences sur les résultats scolaires ou les capacités physique ou cognitive.

 
Si boire s’apprend en famille, c’est hors de la maison que l’alcool est le plus disponible pour les jeunes. Les bars et les boutiques où l’on vend de l’alcool sont le plus souvent à moins de 200 mètres des foyers et des écoles. Selon les études menées par le programme Prévention contre les méfaits liés à la consommation d’alcool chez les jeunes, toujours en Mairie de Bujumbura et dans la province de Gitega 44.6% des jeunes interrogés affirment que les bars se trouvent à moins de 100 mètres de leurs écoles.

 
Tous ces chiffres nous montrent l’ampleur de la consommation de l’alcool chez les jeunes. Elément socialisant ou non, l’alcool consommé régulièrement, et quelques fois de manière excessive par les jeunes, représente un danger pour leur avenir. A défaut d’empêcher sa consommation, la nécessité de réguler et de contrôler cela est un besoin impératif pour la société burundaise.

 

 

Moïse MAZYAMBO

bannière

Comments

comments