Confidence : Née avec un strabisme, Erica a dû apprendre à s’aimer malgré le regard des autres !

Confidence : Née avec un strabisme, Erica a dû apprendre à s’aimer malgré le regard des autres !

Le strabisme est un défaut de parallélisme des axes visuels. Il perturbe la correspondance sensorielle et motrice des deux yeux. Dans le langage courant, le terme « loucher » est plus utilisé.

 

Née avec un strabisme, Erica Gateka a eu une enfance tumultueuse. C’est à 10 ans qu’elle se rend compte qu’elle a un trouble oculaire rare.  Ses yeux ne regardent pas dans la même direction en même temps. Différente des autres, elle y puise des forces et en forge une estime de soi.

Lire aussi : Confidence : Olga Kaduka, son combat contre le cancer loin de sa famille

Toute innocente, Erica n’était pas consciente de son strabisme. Un jour comme un autre,  le destin ou le hasard changea les choses. « Je me souviens très bien de ce jour. Je revenais de l’école et j’ai rencontré un groupe d’enfants. Ils se mirent à se moquer de moi et je me demandai pourquoi. Ensuite, ils m’ont dit « pourquoi tes yeux sont comme ça, en montrant mon œil droit » dit-elle.

C’est à ce moment qu’elle a commencé à se cacher des gens de peur de leur réaction « À partir de ce moment-là, je n’ai jamais voulu rencontrer des gens. Je ne pouvais pas saluer les gens parce que j’avais toujours peur de leur première réaction« , explique-t-elle.

Au fil du temps, la situation se dégrade « Quand je regardais les gens, ils regardaient ailleurs parce qu’ils ne savaient pas si je les regardais ou pas. Cela peut être très décourageant, surtout pour une fille« .

Lire aussi : Confidence : Kévine Kanyambo, brûlée la moitié du visage se raconte

 

Changement de la donne

Ayant de plus en plus des difficultés à garder l’attention de ses interlocuteurs, Erica sentait une gêne à engager une conversation ou même de rétorquer « Chaque fois que je parlais, les gens regardaient à coté pensant que je parlais à quelqu’un d’autre. Je devais vous appeler pour attirer votre attention. Parfois, même à deux dans une pièce, il leur arrivait de ne pas être sûr que ce soit à eux que je parlais.  Cela a vraiment brisé mon estime. Malgré cela, au fond de moi, je savais que je devais prendre le dessus et croire en moi-même  »

Lire aussi : Erica Gateka, cette burundaise qui donne une chance aux enfants défavorisés

Elle a eu de la chance d’avoir une intervention chirurgicale de son œil droit à un hôpital de Gitega. La procédure plutôt douloureuse due à l’anesthésie locale, a été un réel succès. « Ce dont je me souviens, c’est que j’ai pris beaucoup d’ego. Après l’opération,  je pense que j’avais l’habitude de prendre des selfies chaque seconde parce que c’est quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je fuyais toutes les occasions de photo parce que je ne voulais pas que les gens s’inquiètent de mes yeux »

Erica Gateka Matasi avant et après l’intervention chirurgicale © DR

Lire aussi : Leadership féminin : Erica Gateka représente le Burundi à Accra

A toutes celles qui se sentent dévalorisées, pas « assez » belles et n’ont aucune confiance en elles, Erica a un mot pour vous : « La beauté n’est pas définie par ce que les gens disent. L’incapacité ne vous définit pas mais le créateur si … Vous êtes belle et il vous aime et quand vous commencez à vous aimer, d’autres verront cette beauté aussi »

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments