Communiqué du Café littéraire Samandari

Communiqué du Café littéraire Samandari

 

Chers amis et membres du Samandari,

Soyez des nôtres ce mardi 21 février au CEBULAC, de 18h à 20h pour découvrir, en compagnie du Dr Fabien Cishahayo, « Chemins de transhumance« , de Jacques Claessens.

 » Connu au Burundi sous le nom de ‘Kugisha’, la transhumance n’est pas seulement un déplacement des animaux vers des lieux où l’herbe est plus verte, quand le soleil frappe les régions habituelles de pâturage. Nous les humains, nous sommes aussi des transhumants. Nous suivons nos drailles, nos chemins de transhumance, la main tendue vers nos autres frères en humanité.

Les chemins de Jacques Claessens l’ont conduit de sa Belgique natale au Burundi de 1957 à 1969, en qualité de missionnaire. Après l’apprentissage du Kirundi à Muyange, ce sera Karuzi, Musenyi, Gatara, Rukago où il construira une église; puis Ngozi et la direction de l’économat général. Puis ce sera le départ précipité, en 1969, sur d’autres chemins de transhumance, vers d’autres provinces de l’humanité : Angleterre, Canada, Etats-Unis, puis de nouveau au Canada, où il s’établit, après avoir quitté la prêtrise. Au soir de sa vie, il a décidé de consigner par écrit le récit de cette vie tout entière consacrée à la recherche de l’Autre.
Le témoignage de l’écrivain sur son séjour au Burundi en dit long plus sur nous que sur lui. Il parle de nos institutions, de nos rêves de l’époque, au sortir de la nuit coloniale, quand les soleils des indépendances illuminent le continent. Mais ce témoignage passionné et passionnant nous donne aussi des indications sur la gouvernance calamiteuse de l’époque, au sein de l’Eglise catholique, et sur le manque de leadership prophétique, au sein de la hiérarchie de cette institution qui aurait pu, si elle avait été avant-gardiste, nous éviter les tragédies que le Burundi a connues.  »

 

Café Littéraire Samandari

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.