Comment l’API compte booster l’économie burundaise à l’horizon 2022

Comment l’API compte booster l’économie burundaise à l’horizon 2022

La délégation de l’API au Moscow International Travel & Tourism exhibition 2017 (MITT ) ©DR

Dans un contexte économique en constante évolution et face aux différentes contraintes qu’elle rencontre, l’Agence pour la Promotion des Investissements (API) a mis en place un plan stratégique qui lui permettrait de remplir sa mission et ainsi contribuer au développement économique du Burundi à l’horizon 2022. Un plan stratégique audacieux avec un certain nombre de réformes importantes.

Au terme d’une analyse menée en 2016 par ITC Consulting – une entreprise de consultance en commerce extérieure – qui avait pour but de déceler les forces, faiblesses, opportunités et menace auxquelles fait face l’API, il s’est avéré important de faire des nouveaux ajustement au niveau des structures, des ressources et des processus pour permettre à l’agence d’accomplir sa mission, celle de promouvoir les investissements et exportations au Burundi pour une croissance économique soutenue et créatrice d’emplois.

C’est dans cette optique qu’a été élaboré le plan stratégique de l’API pour les 5 années à venir. Un plan qui s’articule sur 3 axes principaux et qui met l’accent sur le client, la durabilité et le leadership dans le développement.

 

Etre le leader du développement économique au Burundi

Pour l’API, le leadership dans le développement se centre sur 3 objectif, à en croire l’agence, sont des points cruciaux sur lesquels son travail devrait s’asseoir. En premier lieu, l’API voudrait renforcer son encrage auprès des institutions étatiques en devenant une institution directement rattachée à la présidence. Selon l’agence ce renforcement lui permettra « d’avoir un pouvoir de conseil et d’initiation de la promotion des investissements ou des exportations dans un secteur donné ». Il faut comprendre par-là que l’agence voudrait tout simplement devenir le « catalyseur des opportunités d’investissement », cristalliser tout ce qui touche de près ou de loin le domaine de l’investissement au Burundi est donc un but à atteindre.

Attirer les investisseurs est une chose des plus importantes si l’on compte garantir une économie prospère. Tirer profit des opportunités offertes par les accords commerciaux internationaux et régionaux. Ces corps permettraient au pays de conquérir de nouveaux marchés.

Favoriser l’exportation en travaillant dans un cadre participatif et interactif avec des secteurs publics et privés permettra à l’agence « d’être au cœur d’un partenariat renouvelé et renforcé en  faveur des exportations. Ce travail passe par l’appui à compétitivité des exportateurs, le soutien aux initiatives d’infrastructures de transport. Infrastructures qui permettront de régler le problème de distance avec les marchés régionaux et internationaux.

Valoriser l’offre de services en travaillant activement en matière de démarchage ; intelligence d’affaire et montage de projet. Les crédits à l’exportation, le cofinancement ou encore les outils de gestion  des risques sont là certains des moyen que l’API compte utiliser pour véritablement jouer son rôle de catalyseur des opportunités d’investissement.

Avec tous ces moyens l’API affirme donc sa volonté de devenir le leader incontournable dans les domaines de l’investissement  au Burundi.

Il est a noté par ailleurs que l’Agence pour la Promotion des Investissements aura une nouvelle appellation : l’Agence pour la Promotion des Investissement et des Exportation. Une nouvelle nomenclature qui atteste bien de sa volonté de faire des exportations un de ses chevaux de bataille.

 

 

Faire du client le centre de toutes les priorités

Le client devrait occuper le centre de toutes les priorités. Pour répondre efficace au besoin du client et offrir des services à celui-ci, l’API désire revoir sa structure de fonctionnement en mettant l’accent sur sa réactivité et son efficacité.

L’utilisation des processus adaptés au client passe aussi et surtout dans l’amélioration des outils technologiques. La modernisation des outils et processus est alors une phase obligatoire pour l’agence. Donner au client le meilleur traitement qu’il soit est une des priorités qui devront vite être

 

Une institution pérenne

De la myriade des objectifs que l’API s’est assigné, la pérennité de ses activités est l’un des objectifs à atteindre absolument. Une agence forte est d’abord une agence qui vit. Il donc important  de garantir à l’API une pérennité  des activités en plus de l’efficacité qui devrait caractériser l’agence.

Pour d’être une institution forte et durable, l’agence compte sur l’évaluation  de l’expertise de ses ressources internes, la bonification et l’ajustement de ses façons d’agir. Fournir des formations adaptées aux besoins de ses ressources et un suivi rigoureux  des mouvements de son personnel sont également les moyens choisies pour une bonne gestion de ses ressources humaine.

Se doter des ressource appropriées en s’appuyant sur les efforts déployés  par les institutions financières et de développement  multilatérales  lui permettrons d’accroître  la mobilisation des ressources financières et technique.

Et pour finir l’accroissement de la rentabilité de ses activités sera une des choses les plus importantes pour la pérennité de l’agence. En effet pour accroître sa gestion économique devra passer par la couverture directe de certains frais de fonctionnement, l’accroissement des recettes et le dégagement de rendement minimal sur fonds propres lui assureront une certaine autonomie financière et la possibilité de diversifier  ses ressources budgétaires.

 

Autant de stratégie, ajustement, restructuration qui selon L’API lui permettrons d’accomplir sa mission, d’être l’acteur indispensable qu’elle désire devenir dans les 5 années avenir et surtout la permettre de peser de tout son poids sur l’économie burundaise et sous régionale.

 

Moïse MAZYAMBO

 

Comments

comments