Comment arrêter de se ronger les ongles?

Comment arrêter de se ronger les ongles?

Un homme qui se ronge les ongles.©Akeza.net

Vous êtes tendus, nerveux  ou vous n’avez rien à faire et soudain vous jetez un coup d’œil à vos ongles. En un rongement, vos ongles passent de bien faits à désastreux. Mais cela ne vous arrête point. Parce que vous vous dites «je dois enlever cette peau qui dépasse», mais vous vous dites aussi que vous le faites mieux que le coupe-ongle. Vous avez longtemps voulu arrêter que vous avez essayé le vernis de goût amer (totalement inoffensif à l’organisme), le piment ou même des substances nauséabondes mais en vain. Aujourd’hui, nous partageons avec vous les conseils des psychologues à propos du fait de se ronger les ongles qui s’avère être un trouble de comportement, qu’on appelle onychophagie.

« L’onychophagie est le nom scientifique que l’on donne à l’incapacité pathologique de contenir l’envie de se ronger les ongles. » définit Nelly Bigirimana, psychologue.

Elle poursuit avec l’aspect psychologique du trouble  comportemental qu’est l’onychophagie: « Psychologiquement, l’onychophagie est une pratique qui prend naissance dès le stade oral. Le stade oral est l’un des stades du développement de l’homme, et l’enfant passe au stade oral jusqu’à 18 mois. A ce stade l’enfant veut mettre dans la bouche toute chose».

« C’est une pathologie qui s’observe chez certaines personnes qui n’ont pas bien liquidés le stade oral. Chez ces personnes cela ne se manifeste pas seulement dans le fait de se ronger les ongles, mais ça se manifeste également par le fait que cette personne veuille prendre toute chose dans sa bouche de manière fréquente, qu’il s’agisse d’un stylo, d’une sucette etc. »Renchérit-elle.

Se ronger les ongles pourrait signifier autre chose, comme l’envie de se sentir protéger par exemple. « Et d’ailleurs selon les psychanalystes, les personnes qui se rongent les ongles recherchent la sensation primaire du bébé qui tète le sein de sa mère. Et le fait de se ronger serait donc une manière de nous sentir protéger» explique toujours Nelly Bigirimana.

 

L’onychophagie peut être traitée…

 

Selon cette psychologue, l’onychophagie peut être traitée : « L’onychophagie peut être traitée. La plupart du temps, les enfants commencent à se ronger les ongles suite à un changement dans leur vie, et cela est une source de stress. Alors quand on veut traiter ce phénomène, chez l’enfant, il faut d’abord chercher le nouvel évènement qui est venu perturber le quotidien de l’enfant».

La meilleure solution n’étant pas de taper sur les mains du petit toute les fois où  il met ses mains dans la bouche, mais plutôt de chercher la vraie cause «On ne peut pas corriger l’onychophagie sans d’abord traiter ce qui est derrière cela, sa vraie cause. La meilleure solution qui soit c’est de travailler sur les sentiments de l’onychophage et identifier ce qui le rend nerveux. Mais aussi quand on veut le traiter normalement, il faut couper régulièrement les ongles parce que cela diminue la tentation».

L’onychophagie n’affecte pas seulement « l’hygiène » des ongles mais aussi le psychique et la personnalité « C’est souvent dès l’enfance, donc entre 3 et 10 ans, qu’on commence à se ronger. Et si on commence à observer ce phénomène d’onychophagie chez l’enfant, faut juste comprendre que le signe d’une angoisse, de stress que cet enfant affiche. C’est pour cela que cette mauvaise habitude de se ronger les ongles affecte les ongles par ce n’est pas esthétique et la vie parce que cette pathologie est lié aux émotions et aux personnalités. Il faut les occuper avec des activités manuelles ».

 

Selon une étude publiée par le Journal de la Thérapie Comportementale et de la Psychiatrie Expérimentale, les personnes ayant l’habitude de se ronger les ongles ne le feraient pas par anxiété seulement. Bien au contraire : d’après le professeur Kieron O’Connor de l’Université de Montréal, auteur de cette recherche « les individus ayant ce comportement répétitif peuvent être perfectionnistes, ce qui signifie qu’ils seraient incapables de se détendre et d’effectuer des tâches à un rythme normal. Ils sont donc sujet à la frustration, à l’impatience mais également à une non-satisfaction lorsqu’ils n’atteignent pas leurs objectifs».

 

Les rongeurs d’ongles, à défaut de jolis ongles, vous avez un profil de perfectionnisteony !

 

Miranda Akim’

Comments

comments