COMESA : Un système de messagerie pour lutter contre les barrières non tarifaires

COMESA : Un système de messagerie pour lutter contre les barrières non tarifaires

Au sein du COMESA, un nouveau système vient d’être mis en place pour faciliter les affaires. Un système de messagerie courte (SMS) qui permettra de signaler les barrières commerciales dans le bloc économique régional tripartite, cela dans le but d’améliorer le commerce régional.
Lutter contre les obstacles non tarifaires

 
Ce nouveau système mis en place vient compléter le système actuel de notification en ligne dans le suivi et l’élimination des barrières (NTB) non tarifaires utilisé par le COMESA, l’EAC et la SADEC. Un système similaire est utilisé par les pays du Corridor nordique pour signaler les obstacles non tarifaires. La nouvelle plate-forme permet aux commerçants qui rencontrent des barrières non tarifaires d’envoyer un SMS au numéro central qui relève les messages aux numéros de points focaux identifiés et au système actuel de déclaration en ligne des NTBs

 
La messagerie courte (SMS) fait partie du renforcement des capacités et de l’autonomisation pour gérer les obstacles non tarifaires et accélérer leur élimination. Selon Souef Kamalidini, directeur général des douanes de l’Union des Comores (membre du COMESA), le nouvel outil aidera en particulier le secteur informel et les petits commerçants qui n’ont pas accès à Internet à signaler les barrières non tarifaires  en temps réel.


«Avec la nouvelle technologie, chaque État membre est en mesure d’installer et d’exploiter le système à l’aide d’un« central »au niveau national où les parties prenantes peuvent envoyer des messages sur les obstacles commerciaux. De cette façon, ils (les commerçants) n’engagent pas de frais d’itinérance pour envoyer un SMS» explique  toujours Souef Kamalidini.

 
«Cette innovation est un coup de fouet opportun pour relever les défis auxquels sont confrontés les entreprises commerciales régionales, y compris les obstacles non tarifaires comme les blocs routiers, les retards dans le traitement des documentations d’exportation / importation et des permis, entre autres, encore communs dans certains États membres de l’ensemble du COMESA Région.», s’exprime ainsi Alphonse Kwizera, directeur exécutive adjointe de l’Association des fabricants du Rwanda (RAM).

 
Rappelons que le COMESA est la plus grande organisation économique régionale en Afrique, avec 19 Etats membres et une population d’environ 390 millions. Ce système sera donc d’une utilité capitale pour les acteurs économiques de ce marché commun dans l’élimination des barrières non tarifaires.

 
Moïse MAZYAMBO

Comments

comments