Clips vidéo : La belle année de John Elarts

Clips vidéo : La belle année de John Elarts

Si 2018 a été une belle année pour les chanteurs et rappeurs burundais, elle l’a aussi été pour les réalisateurs de clips vidéo. C’est le cas de John Elarts, le jeune réalisateur de l’écurie Bantu Bwoy. Il a eu une belle année 2018 en signant certains des clips vidéo les plus vus de l’année 2018. De quoi faire de lui un des réalisateurs les plus en vogue dans l’industrie musicale burundaise. Jetons un petit œil sur son travail en 2018.

Ayant intégré Bantu Bwoy, le label de Big Fizzo, en 2018 , John Elarts a été à la réalisation de clips vidéo sortis sous ce label. Il faut savoir qu’avant d’intégrer le label cher à Big Fizzo, John Elarts avait réussi à faire connaitre son nom dans l’industrie musicale au Burundi. Notamment en signant des clips d’artistes tel que Bain Ten ou encore Masterland sur le morceau « Alima » fait avec Hugues Hakim Bana(un autre réalisateur). Le même Hugues Hakim Bana avec qui il a réalisé le clip Killing Me du groupe Swagg Team et Big Fizzo.

On devrait être d’accord que le jeune John Elarts est talentueux. La preuve ? Les clips réalisés en 2018 ont connu un vrai succès au Burundi. Un travail salué autant par les artistes que par le public.

Le jeune réalisateur a été aux manettes pour les clips vidéo de Sabwe » (60.000 vues) de Masterland, « Ni wewe » (175.000 vues) de Big Fizzo, « Uri special » (106.000 vues) de Double Jay, « Somba Number » (21.000 vues) de Kirikou,  « Hari Vyinshi » (2600 vues), « Nzobikora » (31.000 vues) de Masterland et le plus récent « Iyomba » (70.000 vues) de Big Fizzo.

Autant de clips assez réussi qui font entrer le jeunes réalisateur dans la cours des grands des réalisateurs locaux qui depuis quelques années maintenant tentent d’élever le niveau et proposer du travail de qualité. Une preuve que le Burundi regorge de talents.

John Elarts est certainement l’un des jeunes réalisateurs les plus prometteurs. Et il ne serait pas étonnant de réentendre parler de lui en 2019.

Une chose est sûre, nous gardons un œil sur ce jeune réalisateur.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments