Cinquantenaire du Burundi, Les Ecrivains Burundais « écrivent » déjà dessus …

Cinquantenaire du Burundi, Les Ecrivains Burundais « écrivent » déjà  dessus …

Partage des textes écrits par chacun @ Photo IWACU

Partage des textes écrits par chacun @ Photo IWACU

 

Du 2 au 4 Septembre 2011, le Café Littéraire Samandari était en retraite d’écriture à Banga, en Province de Kayanza. Le but : écrire sur les 50 années d’indépendance du Burundi. Des Ecrivains de différents styles : théâtre, poésie, slam, récit, nouvelle, … Des écrivains des âges entre 16 et 76 ans. Des écrivains aux opinions différentes sur le bilan du cinquantenaire d’indépendance.

Pour Roland Rugero, Co-initiateur du Samandari, « le but n’est pas de prendre position sur l’histoire, sur ce qui s’est passé. Tous les textes qui seront produits seront des fictions. Et en fiction on ne prend pas de position. Si on écrit pour prendre position, ce n’est plus écrire. Nous on créé. C’est important d’écrire ce que nous avons vécu. Moi j’ai 25 ans, j’ai vécu la moitié de ces 50 ans là. J’ai vécu des choses, la guerre, etc… Dans 2O ou 30 ans, nos enfants sauront ce que nous avons vécu ».

Les opinions sont différentes sur le bilan des 50 dernières années. Monsieur Jean Marie NGENDAHAYO, Ancien Ministre des Affaires Etrangères Burundais, a relevé deux tendances pendant la retraite : « certains pensent que le bilan est négatif, d’autres sont plutôt optimistes face à l’avenir». Freddy Sabimbona, Patron de la Troupe de théâtre Lampyre, trouve que le Burundi n’est même pas encore indépendant. « on est dépendant de l’aide l’extérieure, on est même dépendants des pays en guerre, d’un pays qui a été récemment classé parmi les 10 pays les plus dangereux d’Afrique…. A voir où on en est aujourd’hui, je suis désolé, on est très loin de l’indépendance… A l’image des textes que nous avons produits, je trouve que ces cinquantes années ont été un échec. Mais le combat continue. Les jeunes doivent se battre. Nous, déjà, en tant qu’artistes nous le faisons déjà, nous produisons ». Eric Shima, Poète et Critique Littéraire, Charles Baranyanka, Muganwa et 1er Ambassadeur du Burundi, Ketty Nivyabandi, Poète et Co-initiatrice du Samandari ; Daniel Kabuto, acteur politique, Joseph Butoyi, Président de l’Association des Ecrivains Burundais,  et d’autres ont aussi écrit. Tous ces textes paraitront avant le 1er Juillet 2012. Ce projet est soutenu par l’UNESCO notamment.

Samandari Littérature

Samandari Littérature

Ces écrivains se réunissent tous les jeudis de 18 heures à 20 heures au CEBULAC, Immeuble Burundi Palace à Bujumbura. Pour lire leurs textes cliquez ici : Blog du Samandari

 

Par Béni NKOMERWA

Comments

comments




5 thoughts on “Cinquantenaire du Burundi, Les Ecrivains Burundais « écrivent » déjà dessus …

  1. Mzee Kibamba wa Kibamba

    Bonjour ou Bonsoir !

    J’encourage en soutenant grandement cette bonne initiative de nos Ecrivains Burundais pour la sauvegarde et à la pérennité de notre Culture.
    Cette action est vraiment salutaire et louable pour le Burundi. J’ai l’habitude de dire – que la culture d’un Pays est une grande vitrine « ouverte », à travers laquelle on Le regarde de l’extérieur.

    Que Dieu vous bénisse !

    Mzee Kibamba wa Kibamba,

    Artiste Burundais – Acteur-Scénariste, Réalisateur et Producteur des Spectacles GOSPEL.

    Secrétaire du Comité des Sages de l’Amicale des Musiciens du Burundi.

  2. majacks

    turiko turavayo
    on encourage pas un écrivain de crainte qu’il ne te jette l’encre sur ta face mais l’amour en son égard témoigne sa réciprocité

  3. Mzee Kibamba wa Kibamba

    Yes !
    Thank You !
    ……….No comment !!!!!!!!!!!!!!!!

  4. john

    les textes ont deja paru ou sont en cours d’editiont? si non la date mentionnes ci haut n a pas de sens . je cite :
    « Tous ces textes paraitront avant le 1er Juillet 2011. »

  5. Marshal

    @ John: à ton avis c’est vraiment 2011 que voulait écrire l’auteur? Tu as lu que la retraite a eu lieu du 2 au 4 septembre 2011. Comment veux-tu qu’ils soient publiés en juillet 2011? L’article lui-même parle du cinquantenaire, ça veut dire 2012 si on sait compter. Mais l’auteur devrait corriger ça pour toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.