CFCIB:Transformer l’agriculture de subsistance  en agriculture de marché

CFCIB:Transformer l’agriculture de subsistance  en agriculture de marché

La nouvelle présidence de CFCIB  a organisé ce mardi 02 Aout2016 dans l’une des salles de la CFCIB  sa toute  première café, après son élection, autour duquel les opérateurs économiques   en provenance de différentes chambres sectorielles ont eu l’opportunité  d’activer le networking pour la promotion des  affaires au Burundi, mais aussi une opportunité pour relever les défis qui minent leur secteur.Les cérémonies ont été rehaussées par la présence du Ministre ayant l’Agriculture et  l’élevage dans ses attributions M.Déo Guide Rurema.

 

Audace Ndayizeye

Audace Ndayizeye, Président de la CFCIB.©Akeza.net/Armand NISABWE

Dans son discours d’accueil, le président de la  CFCIB M.Audace Ndayizeye a d’abord souhaité la bienvenue aux différentes autorités qui étaientprésents. D’emblée il leur a rappelé la mission de la CFCIB qui est entre autres de mettre ensemble les opérateurs économiques et les autres acteurs en particulier le gouvernement. C’est dans ce cadre, dit-il, du contact permanent que nous avons organisé ce café pour discuter toutes les questions qui préoccupent les opérateurs économiques burundais en présence du ministre ayant l’agriculture et l’élevage dans ses attributions afin de trouver la solution ensemble.

 

Ce café, ajoute-il, va permettre de briser la glace entre les différents opérateurs présents ici afin d’avoir le networking car  on ne peut pas faire les affaires  sans networking.

 

Le Ministre de l’Agriculture  fait savoir que c’est une bonne occasion pour s’entretenir avec les opérateurs économique dans le but d’intensifier la production agricole car le gouvernement ne peut pas le faire seul sans impliquer les hommes d’affaires. Et d’ajouter que c’est une séance d’échange et de sensibilisation sur les opportunités d’investissement dans le secteur  agricole, étant donné que 90% de la population est rurale et vit essentiellement de l’agriculture  et de l’élevage. A cela, le Ministre a tenu à signaler que le constat est que les investissements privés restent très limités dans le domaine agricole alors que les opportunités sont nombreuses dans le secteur agricole et élevage que ça soit dans la production(dessemences, aux champs),dans la transformation(petites unités et usines de transformations)  ainsi que dans la commercialisation des produits agricoles et d’élevage. Il conclut que la priorité est de transformer l’agriculture de subsistance en agriculture de marché.

 

Déo Guide Rurema

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Dé Guide Rurema.©Akeza.net

 

Les opérateurs  ont exprimé leurs points de vue

 

André Nahishakiye  dit Kongo  qui fait la multiplication et diffusion des arbres fruitiers a salué cette bonne initiative et demande un soutien à son projet de multiplication des manguiers dans la plaine de l’Imbo jusqu’à la Maragarazi qui est en cours.

 

Quant à Festus Ciza de la confédération des associations de l’agriculture du palmier, beaucoup de microfinances sillonnent à Rumonge. Cela n’est pas fait pour rien, ils visent des intérêts dans le palmier et 75% de l’argent de ces derniers proviennent de ce secteur même. Ce qui est regrettable est que les agriculteurs du palmier n’en reçoivent même pas 5% pour réinvestir.

 

Sandra Nyambuzi de Trademark East Africa qui est le partenaire de la CFCIB et de l’Agribusines  a informé aux opérateurs économiques qui étaient présents qu’il y a des financements disponibles au sein de son organisation pour les entrepreneurs qui veulent faire des compétitions. Elle demande aux entrepreneurs qui veulent faire la compétition de déposer leurs projets.

 

Les cérémonies se  sont clôturées sur une séance de dégustation des produits  transformés par une unité du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments