C’était parole libre dans le café littéraire Samandari où anecdote, conte, slam, rap on caressé nos tympans.

C’était parole libre dans le café littéraire Samandari où anecdote, conte, slam, rap on caressé nos tympans.
Tanguy , slameur (www.akeza.net)

Tanguy , slameur (www.akeza.net)

Il n’y a pas longtemps que le poète des mots crates, prince de l’absurdistan nous a une fois de plus emmenés dans sa république féerique. Où cette fois les mots ne s’écrivent plus sur son corps. C’est drôle qu’un homme perde sa tête. Il avait perdu la tête car le gars et amnésique comme l’amnésie. Alors se retrouvant loin de l’absurdistan il fallait pour, se souvenir de son programme du jour  retrouvé sa tête. Oh voilà que le monde qui l’entoure le lui répète à volonté! « Tu as perdu ta tête! » Que faire pour retrouver sa tête? En absurdistan c’est sûr. Ce Tanguy est amusant et parfois mystérieux dans sa recherche des mots.il sait en trouver et nous laisser tout de suite bouche ouverte après un BAAAHHH. Il est fort.

 

En vacance à Buja, Tanguy, slameur, conteur, membre fondateur du collectif Phoenix est un étudiant à l’université de Nancy en France où il réside actuellement. Après avoir animé un atelier d’écriture de slam pendant son cours séjour dans son Burundi de cœur. Le café littéraire samandari lui a offert un espace et comme il voulait entendre tous ses frères et sœurs des autres républiques que l’absudistan, la parole était libre. Il fallait juste dire tout haut « parole! » pour que tu la prennes. Et ce jeudi là ce fut alors des mots à guérir des maux où l’irréel cette fois croise l’absurde ,  l’amnésie d’un homme le ramène à perdre sa tête.

 

On a eu pour la soirée.

 

Alain HORUTANGA

Comments

comments




One thought on “C’était parole libre dans le café littéraire Samandari où anecdote, conte, slam, rap on caressé nos tympans.

  1. Karima

    Bravo Tanguy, tes mots, ta poésie et ce que tu peux nous transmettre du Burundi sont des cadeaux ! ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.