Ces burundaises qui se distinguent au basket : Larissa KANTUNGEKO, 28 ans

Ces burundaises qui se distinguent au basket : Larissa KANTUNGEKO, 28 ans

Larissa KANTUNGEKO , basketteuse

 Inventé en 1891 par James Naismith, le basket-ball, dont les grandes stars mondiales sont des hommes est aussi bien  pratiqué   par les hommes que par les femmes. Pour preuve, Akeza.net a rencontré  quelques jeunes filles dont les noms s’associent aisément avec le ballon orange….

 

Larissa KANTUNGEKO a connu un parcours remarquable entre le Burundi , l’Ouganda et le Rwanda.

 

Akeza.net : Bonjour. Parles-nous de ton parcours

 

Larissa KANTUNGEKO : BonjourAu début, on est en 1999 et j’ai 15 ans. Je fréquente à cette époque le Lycée Don Bosco. C’est à cette période que nait mon amour pour le basket-ball. Entrainement après entrainement, j’arrive à faire partie de l’équipe BERCO STARS. Mais tout ça c’était normal, il n’y avait rien de pétillant. Puis vient ce jour en 2005 où tout allait changer. On était allé disputer un match interscolaire en Ouganda, et c’est là que le Directeur du Crane High School m’a repéré, il m’a demandé si je pouvais étudier à cette école et jouer pour eux par la même occasion.

 

Après un mois, le Directeur a envoyé quelqu’un chez nous pour en discuter avec mes parents. Ils se sont occupés de tous les frais et en une semaine je partais avec eux. J’y ai continué mes études secondaires et universitaires.

 

Akeza.net : Partir jouer à l’étranger, est-ce donc ce que tu as toujours voulu?

 

Larissa. : Imaginez qu’on vous choisisse parmi les autres. C’est un feedback très significatif que j’ai eu l’honneur d’avoir, mais pas seulement moi, Florence KALUME, alias Dada, est aussi venue avec moi (chose que j’ai beaucoup apprécié).Au départ, je me souviens que l’idée de changer de coéquipières, d’avoir un nouveau coach, et tous les changements qu’il allait y avoir nous faisait peur. Florence est rentrée au pays après une année. Ce qui m’a rendu douteuse, je voulais revenir mais j’avais toujours voulu étudier dans un pays anglophone alors je ne pouvais pas laisser passer cette chance. Je voulais faire connaitre mon nom, c’est ce qui s’est passé et je remercie le Tout Puissant qui m’en a donné la force, sans lui je me demande comment serait ma vie.

 

Akeza.net : Qu’es-tu devenue après tout cela?

 

Larissa : Plus tard, je suis devenue basketteuse professionnelle, j’ai déjà eu un prix et je fais d’autres choses à coté pour m’en sortir. A la fin de mes études universitaires en Business Computing and Information Management  à Kampala, je n’arrivais pas à trouver de travail alors je suis allée tenter ma chance au Rwanda où je vis actuellement.

 

Présentement, je joue pour LES GAZELLES mais avant cela je jouais pour BERCO STARS.

 

Propos recueillis par Miranda AKIM’

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.