Ce qu’on devrait savoir sur les piercings

Ce qu’on devrait savoir sur les piercings

Différents types de piercings ©DR

Avoir un piercing est quelque chose de courant dans la société d’aujourd’hui. Homme ou femme, nombreux sont ceux qui se parent de piercings. Objet de tous les fantasmes, on en trouve de toutes sortes allant du plus commun (le piercing du lobe de l’oreille) aux plus extrêmes (le piercing du sommet du nez). Quelque soient leurs types, presque tous les piercings ont une origine. Intéressons-nous un instant à leurs origines et aux différents sens qu’ils pouvaient avoir.

 

Nul ne pourrait dire avec certitude l’origine du premier piercing, tellement ses origines sont diverses. Des traces ont été trouvées en Egypte, dans la Rome antique, en Afrique ou encore dans les civilisations précolombiennes. Néanmoins, ces traces ont permis de retracer l’histoire du piercing selon les types et les différentes origines connues. Nous avons ainsi pu dresser une petite liste de différents types de piercing parmi les plus connus et les plus répandus avec leur origine et les sens qu’ils pouvaient avoir.

 

Piercing à l’oreille

On le trouve déjà dans l’antiquité biblique où il est symbole d’esclave. Il trouve aussi leur source dans des rituels de tribus sud-américaines et africaines (trous progressivement élargis par le port de bijoux de diamètre croissant).Presque toutes les parties de l’oreille se font percées (lobe, conque, hélix, tragus, etc.). Le plus répandu, celui du lobe, a des origines très lointaines.

 

Piercing du nez

Il existe 3 types de piercing au nez. Le plus répandu étant celui des narines et du septum (la cloison du nez). Le piercing des narines est originaire du Moyen-Orient, ce piercing naît il y a plus de 4000 ans et connaît son plus grand essor en Inde dès le 16e siècle : adopté par les castes élevées, il devient un symbole social. Récupérée par la culture hippie dès les années 1960, il est adopté par le mouvement punk dans les années 1980 et finit par devenir extrêmement populaire dans le reste du monde à la fin du 20e siècle. Le septum quant à lui existe aussi depuis longtemps : les Papous de Nouvelle-Guinée y portaient un bijou en os ou en bois.

 
Piercing à la bouche

Chez les Mayas et les aztèques, seul les castes supérieurs pouvait orner leurs lèvres de bijou en or. Les femmes des tribus Makololo et Malawi, en Afrique, portaient des assiettes à leur lèvre supérieure, afin de séduire les hommes de la tribu. Les tribus d’Amérique centrale et du Sud perçaient aussi leurs lèvres inférieures afin d’étirer un trou et y placer une assiette en bois. Le piercing sur la lèvre inférieur tirerait sa source des Eskimos qui mettaient un bijou en os sous la lèvre inférieur. Le piercing à la langue serait, quant à lui inspiré d’un rituel Maya (Amérique du sud).

 

Arcade sourcilière

Il est l’un des seuls à ne pas avoir d’origine ancienne connue. Très populaire chez les hommes, ce dernier est souvent considéré comme symbole de révolte, de liberté et de confiance.

 

Nombril

Le piercing au nombril a des origines très lointaines et il n’était alors pas seulement un ornement féminin. Dans l’Egypte antique, seuls les Pharaons et familles royales avaient le droit de percer leur nombril. Cela pour montrer leur statut social élevé. Cette pratique est introduite bien plus tard dans le monde occidental, à Hawaï, au début de la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, il est plus porté pour son côté glamour, certains lui conférant même des vertus aphrodisiaque.

 

Les piercings accompagnent les peuples depuis des millénaires et ses origines sont multiples. Avec le temps, ils ont perdu en grande partie leur sens d’origine mais restent néanmoins pour certaines sociétés un élément d’appartenance ou d’identification.

 

 

MOÏSE MAZYAMBO

bannière

 

Comments

comments