Cas de Delphin Kaze : Et si tout jeune créatif burundais était valorisé, soutenu et accompagné ?

Cas de Delphin Kaze : Et si tout jeune créatif burundais était valorisé, soutenu et accompagné ?

Delphin Kaze présentant les produits de son entreprise KAGE.©DR

À travers le festival « Inanga n’indanga », on a pu découvrir que le Burundi regorge d’une multitude de talents pouvant servir de modèles aux jeunes. En effet, c’est évident que la créativité habite les cœurs de pas mal de jeunes burundais. Alors que les uns partent d’une aventure de recherche de lendemains meilleurs, d’autres ont trouvé leur voie par une étincelle qui, partant de leur imagination, a changé leur avenir à tout jamais ! Tous ont en commun de briller tout en portant les chances de dissiper l’ombre du chômage qui menace la nation.

Delphin Kaze est un jeune entrepreneur étudiant en troisième baccalauréat à l’Université Polytechnique de Gitega dans la faculté des Sciences de l’Environnement.  Par sa créativité, il a pensé à la transformation de déchets en produits combustibles pour lutter contre les problèmes de déforestation. Avant, il transformait en charbon des déchets biodégradables. Aujourd’hui, il ne se sert que des rafles de maïs pour produire du charbon de bonne qualité, ce qui est à l’ origine de la création de l’entreprise Kaze Green Economy (KAGE Ltd).

 

De la leçon à la créativité, de la rafle au charbon

Nous sommes en avril 2017. Encore étudiant dans la filière de Climat et Biodiversité, il se rend compte de terrible déforestation en cours au Burundi lors d’une excursion scolaire à la fin de la première année de baccalauréat. « Au départ, je suis motivé à transformer les déchets en charbon parce que je suis révolté de voir la déforestation massive que subit le Burundi parce que sur toutes les collines du pays on coupe les arbres pour avoir du charbon de bois ou du bois de chauffage. J’ai compris qu’il fallait une alternative pour remédier à ce problème.  J’ai ainsi commencé mes recherches et j’ai fait des essais pour transformer les différents déchets en briquettes », nous raconte Delphin Kaze.

Après avoir essayé avec tous les déchets, il remarque que le charbon produit n’est pas de bonne qualité. C’est alors qu’il a l’idée d’essayer les rafles de maïs. « Tout en partant de l’hypothèse que les rafles de maïs sont souvent utilisées pour la cuisson même si elles brûlent en fumant, j’ai pensé qu’elles pouvaient générer du bons charbon une fois transformées » confie-t-il.

Malgré des débuts difficiles liés au manque de temps suffisant et de moyens financiers, l’entrepreneur Delphin Kaze ne s’est pas laissé décourager. « Au début ce n’était pas facile tant que j’étais encore étudiant. Et pour chaque projet, il est difficile de commencer sans moyens financiers. L’autre difficulté, c’est que nous n’avons pas été éduqués à l’épargne, encore moins pour les étudiants. J’ai donc commencé avec de maigres moyens », indique-t-il.

Il aura fallu à Delphin Kaze le soutien de son père et de ses amis pour continuer. D’autres défis rencontrés en cours de route comprennent la difficulté d’un lieu de travail approprié ainsi que le découragement de gens auxquels il racontait son projet et qui le trouvait tout simplement perdu.

 

Malgré le découragement, il faut persévérer !

Avoir le sens de priorité, vanter son projet et la persévérance ont aidé beaucoup Delphin Kaze. « J’ai analysé ce que j’ai pour pouvoir continuer. J’ai pris la décision de bien utiliser mon temps et de réduire mes consommations en mettant en avant les priorités. Vanter mon projet à différentes personnes et la persévérance m’ont aidé à foncer », révèle-t-il.

Kaze se réjouit du fruit de son labeur au vu du pas franchi. « Je suis fier de mon état d’avancement. J’ai pu changer ma manière d’agir et de penser. Ma personnalité tout comme mon caractère ont beaucoup évolué », s’enthousiasme-t-il.

Pensant déjà à l’avenir, ce jeune entrepreneur veut que son entreprise KAGE s’agrandisse en produisant des briquettes et d’autres produits combustibles mettant en avant la protection de l’environnement.

Ce serait mieux de soutenir et d’accompagner Delphin Kaze, ce jeune entrepreneur voulant contribuer au développement du pays tout en protégeant l’environnement.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments