Carmen Nibigira, lauréate du prix du leadership dans le secteur du tourisme en Afrique, se raconte…

Carmen Nibigira, lauréate du prix du leadership dans le secteur du tourisme en Afrique, se raconte…

Citée dans le Top 100 des femmes les plus influentes du tourisme africain, directrice de projet au Rwanda chez Horwath HTL et lauréate du prix du leadership dans le secteur du tourisme en Afrique, Carmen Nibigira est parmi les femmes inspirantes et influentes qui contribuent de manière remarquable à l’évolution du développement du tourisme en Afrique. Dans l’entretien qu’elle a eu avec le site African Shapers, Carmen se confie sur son métier, sa vie et ses plus grandes réalisations.

 

Il y a 18 ans de cela, commence une longue et incroyable carrière dans le domaine du tourisme lorsqu’elle travaille encore dans des hôtels en Angleterre mais bien plus précisément quand elle revient en vacances au Burundi. « Ma carrière a débuté il y a 18 ans lorsque je travaillais dans des hôtels en Angleterre. Mais cela a été déclenché par mes premiers souvenirs de mon voyage au Burundi avec ma famille et la découverte de la beauté de mon pays. J’étais fascinée par la nature, la vie sauvage et ces moments ont réveillé ma faim et ma curiosité. Au lycée, j’ai été impliquée dans l’organisation de nos événements et j’ai apprécié la partie sociale de rassembler des gens autour d’activités de loisirs. Mon voyage dans mon pays pendant ma petite enfance et ma curiosité à voyager m’ont menée vers cette carrière et je n’ai pas regretté de suivre ma passion et mes rêves de découvrir le monde tout en faisant ce que j’aime » se souvient Carmen.

Lire aussi : Carmen NIBIGIRA parmi les finalistes des 1er prix du leadership touristique en Afrique

Une passion et des rêves qui la mèneront à la tête des projets chez Horwath HTL au Rwanda et qui lui valent un prix du leadership dans le secteur du tourisme en Afrique. « Le prix représente pour moi une reconnaissance du travail que j’ai accompli avec passion dans le secteur du tourisme, alimenté par un sentiment de responsabilité et un appel à diriger et à être un acteur du changement dans ma communauté. Je suis reconnaissante d’avoir été sélectionnée et j’ai été totalement surprise. J’étais dans la même catégorie avec deux femmes leaders qui font un travail incroyable dans leurs domaines respectifs. C’est peut-être un signe que je fais quelque chose de bien et que je devrais continuer dans cette voie » révèle-t-elle au journal African Shapers.

Lire aussi : Miss Burundi 2017 : Carmen NIBIGIRA fière de l’organisation et des candidates !

Ayant été Coordinatrice Régionale de l’Industrie Touristique de l’Afrique de l’Est (EATP) et Directrice Générale de l’Office National du Tourisme du Burundi(ONT), Carmen Nibigira affirme que le secteur du tourisme africain a beaucoup de potentiels mais éprouve encore des difficultés à attirer du monde venant de l’extérieur «  Au niveau mondial, le tourisme augmente d’année en année et le tourisme en Afrique est en hausse. L’année dernière, plus de 1 milliard 323 millions de visiteurs ont été enregistrés dans le secteur du tourisme dont 63 millions de visiteurs en Afrique. En 2016, le nombre de touristes africains a augmenté pour atteindre de 62,9 millions alors qu’en 2015, ce nombre était de à 62,5 millions, mais notre part du tourisme dans le monde est légèrement inférieure à 5,1%. Même si le tourisme a généré un total de 1, 225 milliards de dollars, il est nécessaire de se demander pourquoi ce chiffre n’est pas aussi élevé que prévu. En ce qui concerne l’emploi, 22,8 millions d’emplois en 2017 ont été créés dans le secteur des voyages et du tourisme ».

 

Lire aussi : Carmen NIBIGIRA :’’ Le potentiel de notre pays en matière de tourisme est énorme’’

Pour se lancer dans le secteur du tourisme, la passion est un atout parmi tant d’autres, assure Carmen. Selon elle, la passion ne suffit plus. « Les gens ont l’habitude de dire qu’il il faut être passionné. Mais cela ne suffit plus. Il est important d’avoir les compétences techniques, une adaptabilité et une certaine personnalité pour apprendre et travailler en équipe ».

 

Miranda AKIM’

Comments

comments