Burundi VS Tanzanie : Olivier Niyungeko confiant avant la rencontre

Burundi VS Tanzanie : Olivier Niyungeko confiant avant la rencontre

Ce mercredi 4 septembre, la sélection burundaise de football affrontera à Bujumbura, la sélection tanzanienne dans un match comptant pour le premier tour des éliminatoires de Coupe du Monde Qatar 2022. Tenant la conférence de presse traditionnelle de veille de match, Olivier Niyungeko, sélectionneur burundais, se dit confiant. Les Intamba mu Rugamba vont tenter de décrocher une première victoire dans cette course vers la qualification face à une équipe tanzanienne aussi ambitieuse.

Alors que certains supporters (si non la majorité) gardent un goût relativement amer de la participation des Hirondelles à la dernière Coupe d’Afrique de Nations en Égypte, le sélectionneur burundais, pour sa part, se prépare à entamer cette campagne de qualification avec confiance. Une confiance qu’il justifie par le crédit qu’il accorde aux capacités de ses joueurs et la bonne préparation faite avec ceux-ci ces dernières semaines. « Nous nous sommes bien préparés. Malgré quelques difficultés liées au fait que certains championnats n’ont pas encore repris ou viennent de reprendre, mais également du retard qu’ont connu certains joueurs pour rejoindre la sélection, nous nous sommes bien préparés et je pense que nous sommes prêt à accueillir les tanzaniens. Nous les attendons de pied ferme », dit il.

Il faut dire que les « Intamba » ont en effet commencé leur préparation relativement tôt, le coach ayant choisi de la commencer avec les joueurs présents à Bujumbura. Par ailleurs, il peut compter sur des joueurs de qualité qui, selon lui, ont prouvé leur capacité à faire de belles choses.

Alors qu’il avait convoqué 29 joueurs, seul 24 ont pu se présenter. « Il y a des joueurs qui n’ont pas pu venir pour diverses raisons. Mais le coach affirme également que, les capacités techniques d’un joueur varient ou évoluent, certains joueurs ont dû être remplacés par d’autres, histoire de leur accorder la chance de faire leurs preuves en sélection senior.

Néanmoins, le doute persiste au près des supporters, du fait que certains joueurs appelé en sélection nationale se retrouvent sans club. Répondant à la presse à ce sujet, le coach affirme avoir commencé la préparation beaucoup plus tôt pour permettre à ces joueurs de se mettre à niveau. « Il est vrai que certains joueurs n’ont pas de club et ce n’est pas une bonne chose. C’est pour cette raison que nous avons pris le soin de commencer à travailler assez tôt pour leur permettre de se mettre au niveau ». Considéré comme un handicap, Olivier Niyungeko affirme que c’est une situation qu’il faut affronter en trouvant le moyen de tirer le maximum de ses joueurs.

C’est donc sans réel crainte qu’il s’apprête à jouer ce premier match des éliminatoires aux allures de défi.

Pour ce qui est des qualités sportives de l’équipe tanzanienne, le sélectionneur burundais ne se voit pas craindre le voisin tanzanien. Selon lui, la Tanzanie est un pays comme les autres sélections avec lesquelles il partage la même poule. Pour le coach, l’essentiel est de jouer la Tanzanie et de remporter cette victoire qui revêt un rôle très important pour la suite des éliminatoires. « Nous allons considérer chaque équipe de la même manière. Nous jouerons contre le Maroc et la Mauritanie. Nous avons de très bons joueurs capables de faire des merveilles. Nous avons joué beaucoup d’équipes plus forte que la Tanzanie et je pense que nous avons les capacités de faire de belles choses », confit-il

Gaël Bigirimana, vice-capitaine des INTAMBA et présent lors cette conférence de presse, affirme pour sa part, que les collègues et lui sont près à affronter les tanzaniens, en donnant le maximum pour décrocher les 3 points de la victoire. Il s’est également dit confiant et encourage le public burundais à les soutenir.

Les Intamba sont prêt à retrousser les manches et travailler s’ils veulent avoir un change d’arriver à bout de cette campagne. Les Taifas Stars de la Tanzanie qu’ils affrontent ce mercredi sont aussi menés par un sélectionneur burundais.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments