Burundi Vs Nigéria : 20 ans après sa défaite, le Burundi va-t-il prendre sa revanche ?

Burundi Vs Nigéria : 20 ans après sa défaite, le Burundi va-t-il prendre sa revanche ?

Sans doute une question qui suscite des interrogations. Après s’être incliné devant le Nigéria (2-0) le 24 Janvier 1999 lors des éliminatoires de la CAN 2000, le Burundi se lance encore un défi. Pour leur première participation à la CAN, les Hirondelles se retrouvent dans la même poule que leur ancien choc, les Super Eagles. Et cela 20 ans après. Le Burundi, va-t-il revivre la même histoire ou compte-t-il prendre sa revanche ? Explications des analystes…

Pour la petite histoire…

Nous sommes en 1999 et la CAN se joue à 16 équipes. L’époque où l’équipe nationale burundaise comprenait des stars comme le numéro 10, Blaise Karorero, le capitaine attaquant Juma Mossi, Dessailly, Didier Bizimana, Daoudi Shabani, Rukundo Banza, Des icônes qui inspiraient par leur jeu passionnant, et dont le monde footballistique burundais se souviendra certainement. Autant dire que l’équipe nationale à l’époque était soudée et forte.

Rencontrant le Nigéria à domicile à Abeoukuta, le Burundi s’incline 2-0. Face à une équipe nigériane très forte, les chances étaient minimes. En dépit de cet échec, le Burundi n’a pas démérité, confie  Pierre Claver Rurakamvye dit Abega, Directeur Technique de la FFB à cette époque. « Même si nous avons été battus (2-0), le Burundi a montré un bon jeu. Seulement, nous avons constaté que les joueurs burundais ont eu peur de leurs adversaires dont 18 d’entre eux évoluaient dans des clubs européens. A titre d’exemple, le capitaine nigérian de l’époque, Augustine Okocha dit Jay Jay Okocha aux prestations impressionnantes », raconte-t-il. Et 20 ans après…est-ce possible ? « Il faudra que les Hirondelles évitent tout complexe au début en jouant leur jeu pendant le choc avec le Nigéria », indique Pierre Claver.

Ce novice qui s’impose !

Invaincu de la phase des éliminatoires de la CAN, le Burundi aura fait un bon parcours, racontent les amoureux du ballon rond. Faisant face à des géants du football africain lors des éliminatoires, le Mali et le Gabon, l’équipe nationale burundaise s’est imposée en décrochant des matchs nuls. Un exploit qui lui a attiré de la sympathie qui fait qu’on parle des INTAMBA à l’échelle internationale. La nouvelle aura fait couler beaucoup d’encre…

Au moment où le Nigéria est le favori de la Poule B, le Burundi n’a pas encore dit son dernier mot. Patrick Sota, analyste du ballon rond fait savoir qu’il y a une lueur d’espoir.

Il confie : « Le Nigéria est une formation chevronnée en matière de ballon rond. Beaucoup plus que le Burundi, c’est une certitude. Habitué à disputer des compétitions haut de gamme telles que la coupe du monde et la CAN, le Nigéria devrait conforter sa position de leader dans notre groupe ». Et de nuancer : « Mais compte tenu des récentes statistiques de notre équipe nationale, il y a lieu d’espérer une bonne prestation. Vous aurez constaté qu’en 8 matchs, le Burundi a totalisé 4 nuls contre le Mali et le Gabon (aller et retour), 2 victoires contre le Soudan du Sud. En amical, 1 nul face à l’Algérie et 1 défaite face à la Tunisie. En tout, le bilan est de 5 nuls + 2 victoires + 1 défaite. A cela, on attend des Hirondelles un coup d’éclat pour signer une entrée fulgurante dans cette compétition », indique-t-il.

                 Rencontre entre le Nigéria et le Burundi le 24 Janvier 1999.©DR

Tout n’est pas nickel !

En sa qualité d’analyste, Patrick Sota nous partage encore ses conclusions au vu des dernières prestations des Hirondelles. « Les faces latérales défensives présentent des failles voire des perméabilités qui nous ont été préjudiciables lors des éliminatoires et des matchs amicaux. Attention lors de la CAN à ne pas laisser des brèches sur les flancs (gauche et droite). Le football moderne passe très souvent par les ailes. Mais pas toujours ! À l’entrejeu, ça va, même si on ne voit pas un véritable meneur de jeu. Ce qui m’enchante c’est que l’on a des médiateurs techniciens qui peuvent pallier ce problème susmentionné ».

Et d’ajouter : « À l’attaque, ça va. Nous avons des attaquants aguerris et rôdés pour les grands chocs. Je ne me plains pas de ce côté-là. Nos gardiens sont au top niveau. Globalement parlant, ça devrait aller sauf surprise désagréable de dernière minute ».

Olivier dit Mutombola aura besoin d’un système d’attaque qui pourrait gêner la défense nigériane. Mohamed Amissi et Elvis Kamsoba (si il est à son poste de magicien) avec leurs dribbles pourraient bien faire l’affaire permettant à une combinaison Cédric Amissi et Fiston(deuxième meilleur buteur de la phase des éliminatoires avec 6 buts) de s’offrir de belles occasion de buts! Il va bien falloir trouver le moyen d’empocher les 150.000.000FBu promis par la Fédération en cas de victoire contre le Nigéria. Un vrai défi comme motivation, une véritable tentation…

En y regardant de près depuis la retraite du génie Enyeama et la fin de carrière d’Ikeme, le gardiennage des Super Eagles n’est plus si fort que ça.

 

Fleurette HABONIMANA

 

Comments

comments