Burundi : Une croissance démographique inquiétante

Burundi : Une croissance démographique  inquiétante

La population burundaise.©DR

Au cœur de l’Afrique, le Burundi est parmi les plus petit pays d’Afrique. Avec ses 27.834 kilomètres carré pour 11.643.296 millions d’habitants* et 450 hab/m² sa croissance démographique est de 3,33 en 2016. Une croissance démographique au-dessus de 3% depuis 2005. Cela a eu pour effet une augmentation de la population de plus de 40 en 11 ans. Une  croissance démographique inquiétante en tous cas.

Pour un petit pays comme le Burundi, une croissance de plus de 3% est assez élevée. A titre de comparaison la croissance démographique du Burundi est plus élevée que celle de la Chine qui est de 0,510%. Quoi que légèrement, avec ce taux le Burundi passe devant tous ses voisins de la sous-région. Selon les prévisions du site worldometers.info, la population pourrait atteindre les 13.126.273 en 2020. En 2 années la population a augmentée de plus de 1 millions. Ce qui est assez grand, vu la superficie du pays. Le pays risque la surpopulation, ce qui serait un danger vu le contexte économique actuel. Il est aussi important de souligner que plus de 80% de la population burundaise est rurale.

Mais quelles sont vraiment les conséquences de cette surpopulation ? Quel est son véritable impact sur la population, sur l’économie local ?

Tout bon développement démographique a besoin du développement économique et social qui suit. Ce qui est loin d’être le cas du Burundi. Dans un contexte économique compliqué, avec une croissance presque au ralenti, la croissance démographique sonne plus comme un danger qu’autre chose. La première menace est celle contre la sécurité alimentaire. Aussi banale que cela pourrait paraître, nourrir l’ensemble de la population est l’une des priorités d’un gouvernement. Avec une population en constante croissance, la sécurité alimentaire court un grand danger. Il y a également les défis de l’éducation, avec cette forte croissance, la population burundaise à une moyenne d’âge de 17 ans. Scolariser tous ces jeunes n’est pas entreprise facile. Se pose aussi le problème du chômage et du logement. Autant de problèmes qui tirent la sonnette d’alarme.

Une vrai politique de gestions démographique devra être mise en place pour contenir. Faudra-t-il faire comme la Chine avec sa politique de l’enfant unique pour endiguer cela ou bien recourir à d’autre moyen ? La question est posée aux spécialistes de la planification familiale. Quoi qu’il en soit, des mesures doivent être prises pour réguler tout cela. Sensibilisé et former les populations aux techniques de planification et contraception. Le pire peux être évité, à condition de s’y prendre tôt.

*statistique donnée par countrymeters.info

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments