’’Burundi ; La seconde décolonisation’’ : Sur les rails d’une décolonisation accomplie

’’Burundi ; La seconde décolonisation’’ : Sur les rails d’une décolonisation accomplie

Jeudi 28 Novembre 2019, le monde de la littérature burundaise a vu naître une nouvelle œuvre littéraire. Cet œuvre s’intitule ’’Burundi : La seconde décolonisation’’. Il est le résultat d’un travail d’écriture de Dr Domitien NDIHOKUBWAYO, présentement ministre des Finances du Burundi. Le vernissage du livre avait lieu dans le flambant neuf Tokyo Business Center

 

Le livre en résumé

Prenant la parole, Dr Domitien NDIHOKUBWAYO retrace le gros du contenu de son bouquin au public présent.
Le livre s’ouvre sur son enfance. Une enfance qu’il décrit calme et qui marque la fondation de tous ce qu’il a vécu. Il cite ‘’L’encadrement familial, l’apprentissage des travaux agricoles, la découverte de l’école primaire, l’entrée dans le secondaire (qu’il vit parallèlement aux évènements tragiques qui ont endeuillé le Burundi dans les années 1970-1980) ’’.

 

A côté de la face autobiographique que présente le livre, l’œuvre est aussi un programme politique, social, culturel, et économique, proposant une voie qui évite plusieurs écueils : les affres du néocolonialisme, l’enlisement dans les aides au développement, et la perversion mortifère des identités sociales apportées par la colonisation.

Pourquoi le titre ’’Burundi : La seconde décolonisation’’ ?

D’aucuns n’ignorent que le Burundi est un pays indépendant. Il y a lieu de se demander pourquoi l’auteur parle de la seconde décolonisation alors que l’indépendance est acquise depuis 57 ans.

 

Dr NDIHOKUBWAYO explique : « La décolonisation à laquelle je fais allusion est une décolonisation de l’esprit ; la mise en valeur de l’auto-esprit vis à vis de certains mythes comme quoi le Burundi est le pays le plus pauvre du monde et le restera pour longtemps ; que les différentes ethnies ne peuvent pas vivre ensemble ; ou bien que le Burundi manque de capacité intellectuelle ; ou encore les aides reçues indéfiniment qui peuvent raviver le culte de la révérence ».

 

L’auteur propose 4 conditions pour se libérer de ces mythes. Il faut que les burundais concilient l’urbanité et la ruralité ; qu’ils acceptent de devenir des agents du changement positif ; qu’ils repensent le potentiel humain et qu’ils sachent marcher ensemble en regardant dans la même direction.

L’ancien Président de la République Sylvestre NTIBANTUNGANYA qui a lu le livre à l’avance salue le travail abattu par Dr NDIHOKUBWAYO.

Il est à signaler que pour ceux ne comprenant pas la langue de Molière, la version Kirundi sort bientôt ; d’ici Février 2020.
Le prix du livre à la vente est de 40000fbu. Il est également disponible sur les plateformes de ventes en ligne à 15€.

 

Janvier CISHAHAYO

Comments

comments