Burundi- Botswana : L’absence de Saido Ntibaoznkiza était manifeste

Intamba mu rugamba pose avant le match ©Thierry Niyungeko

Intamba mu rugamba posant avant le match ©Thierry Niyungeko

La formation nationale senior a livré son match aller, comptant  pour le tour préliminaire CAN  2015 MAROC.  Les hirondelles ont reçu à domicile les Zèbres du Botswana. Ces  2 formations se sont neutralisées,  au bout du temps réglementaire le score était nul et vierge (0-0).En générale, le Burundi n’ a  pas démérité, seulement ils se heurté sur une formation qui était venu cherché un match nul. On se réfère  sur leur système de jeu, le positionnement des joueurs et la perte du temps qu’il pratiquait à chaque fois que c’était à eux de relancer le jeu.

 

Chacun remarquait sans effort, que le meneur de l’équipe nationale Saido Ntibazonkiza était absent. Très  précieux  dans son club, ses patrons  avaient refusé  catégoriquement qu’il se joigne à ses compatriotes, en  dépit des négociations des autorités du foot burundais. Il devait joueur la dernière journée du championnat polonais. Face à un milieu danse des zèbres (équipes nationale du Botswana), il fallait Saido Ntibazonkiza. Lui, il a un atout qui manquait à cette équipe : le jeu rapide, une maitrise hallucinante du balle, condition physique, bref c’est un bon animateur du jeu.

 

Le sélectionneur national avait convoqué un bon nombre de joueurs, qui tous étaient à leurs meilleures formes. D’ ailleurs on se demandait quel joueur il fallait retenir ou laisser. Dans les 11 de départ,  plusieurs joueurs avaient la vocation défensive, ce qui a handicapé la bonne distribution de passes entre l’attaque et la défense. Le sélectionneur avait  converti certains joueurs dans de poste inhabituel. Nduwarugira Christophe dit Lucio, l’un des meilleurs milieux de terrain offensif que le Burundi dispose, était latérale  arrière gauche. Habarugira David qui en Belgique joue dans l’axe central évoluait en médiane.  Pour appuyer notre analyse, c’est Ndikumana  Yamini-Selemani qui le dira mieux, à la fin du match. « On ne recevait assez de passe. On était obligé de faire un repli pour venir chercher la balle nous-mêmes.»

 

Le match retour, ce sera dans  2 semaines à Gabolone au Botswana. Et Saido Ntibazonkiza, l’élément moteur de l’équipe pourra prendre part, vu qu’il sera libre cette fois.

 

Armand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.