Buja Sans Tabou : Quand le théâtre va vers le public

Buja Sans Tabou : Quand le théâtre va vers le public

Freddy Sabimbona (au centre) répondant aux questions de la presse ©Akeza.net

A 2 semaines du début de la 3ème édition du festival Buja Sans Tabou, le comité d’organisation ,mené par Freddy Sabimbona, a tenu une conférence de presse ce jeudi 29 mars 2018 au bar-restaurant Chez Gérard à Rohero. Une conférence de presse au cours de laquelle a été annoncé officiellement à la presse et aux différents invités le début prochain du festival qui pour sa 3ème édition se veut plus que jamais un événement de proximité.

 

Un festival où le théâtre va vers le public

Pour sa 3ème édition, Buja Sans Tabou se déroulera dans des cadres différents du cadre habituel dans lequel celui-ci s’est toujours tenu. En effet, cette année, en plus du CELAB à l’Université du Burundi et de l’Institut Français du Burundi, le festival Buja Sans Tabou se tiendra également au Bar Chez Gérard. Une façon pour le festival d‘afficher son besoin d’être proche de son public. S’adressant à l’assistance, Freddy Sabimbona a mis l’accent sur cette particularité. « On a choisi Chez Gérard parce que l’on voulait sortir de notre zone de confort. Sortir des endroits où nous avons l’habitude de jouer. Nous avons voulons faire en sorte que lors de cette 3ème, les gens ne viennent pas au théâtre mais que le théâtre aille vers les gens. » a-t-il dit.

Une nouveauté qui va sans doute faire plaisir au public et donner une image nouvelle au théâtre burundais.

Lire aussi : ‘’Ce que j’appelle oubli ! ’’ sur le programme de la 3ème édition de ‘’Buja sans tabou’’

Mais la proximité au public n’est pas la seule nouveauté de ce festival. En effet, la 3ème édition de Buja Sans Tabou ne sera pas entièrement dédiée au théâtre puisque cette année le festival intégrera la musique et la danse avec entre autres une formation en danse contemporaine. L’autre nouveauté du festival sera l’intégration de la scénographie dans le paysage théâtral burundais. Cette art consiste à créer une ambiance sonore et visuelle du théâtre. Une formation en scénographie sera dispensée par Patrick Janvier(France) lors du festival en plus de la formation au jeu d’acteur.

Plusieurs troupes venant du Burundi, de la République Démocratique du Congo, du Rwanda, du Burkina-Faso et de la France seront présentes lors de ces 4 jours de célébration du théâtre, de la danse et de la musique et feront la représentation de pas moins de 10 pièces de théâtre. Des pièces qui parlent de thème aussi bien divers qu’universels. «les pièces qui ont été choisis sont vraiment des pièces universelles qui pourront parler à tout un chacun», nous dit Freddy Sabimbona.

Lire aussi : Atome à la 3è édition du festival ‘’Buja sans tabou’’

Briser les tabous et ouvrir le débat

Lors de cette conférence de presse, le comité d’organisation est revenu sur le sens du nom donné à ce festival. «Nous avons décidé d’appeler ce festival Buja Sans Tabou parce que l’on considère notre rôle, notre travail comme un vecteur de cohésion et de sociabilité entre les gens. Notre but n’est pas de dire aux gens comment penser. On est là plutôt pour leur dire qu’il faut penser, qu’il est important de penser. Notre façon de faire le théâtre consiste à briser les tabous parce qu’en brisant les tabous il y a un débat, il y a une discussion. Le but n’est pas de provoquer, pas de choquer. Le but est de créer un espace de discussion, de créer un espace de débat. Que la parole puisse avoir toute son importance dans notre société. Les gens peuvent aimer ou ne pas aimer mais l’important est que l’on puisse en parler», explique Freddy Sabimbona.

Lire aussi : «Les Sans…» programmée pour la 3è édition festival ‘’Buja sans tabou’’

Et à Arthur Ban, acteur et metteur en scène, d’ajouter «Quand on parle de Buja Sans Tabou, c’est que nous avons cette liberté de penser et de s’exprimer sur chaque thème que nous trouvons intéressant, de discuter là dessus.»

Buja Sans Tabou se veut donc comme une plate-forme où les acteurs, mais également le public, ont la possibilité de discuter, d’échanger, de débattre et de mettre quelque fois le doigts sur des sujet importants et parfois sensibles de la société. Le tout sous un ton d’humour et d’auto-dérision.

Lire aussi : ‘’Tais-toi et creuse’’, une comédie grinçante à la 3è édition de ‘’Buja sans tabou’’

Aujourd’hui Bujumbura, demain tout le Burundi

La 3ème édition de Buja Sans Tabou se tiendra à Bujumbura et à Gitega. Pour le moment, le festival a lieu dans deux provinces. Mais l’objectif est qu’il couvre tout le territoire national. «A la première édition, lorsque nous avons commencé, notre ambition était de s’arrêter à Bujumbura parce que l’on débutait. Nous nous sommes dit que nous allions créer un festival qui va rapprocher les gens de Bujumbura. Lors de la 2ème édition nous nous sommes dit que Bujumbura n’était plus suffisant, le Burundi ne s’arrêtant pas à Bujumbura et on a rajouté Gitega. Mais un festival c’est des coûts, des moyens. Et avec les moyens que l’on a actuellement, nous n’avons pas la possibilité de toucher tout le Burundi. Mais cela est notre projet, notre ambition, notre objectif. Faire en sorte que le théâtre puisse exister partout. Pas seulement à Bujumbura mais aussi à Cankuzo, à Makamba, à Ruyigi, dans tout le Burundi. Nous sommes un festival jeune, nous ne sommes qu’à la 3ème édition. Je vous inviterai à la 7ème édition et là j’espère que l’on pourra faire un festival qui puisse couvrir tout le pays», explique Freddy Sabimbona.

Lire aussi : Du ‘’Liebe’’ pour la 3è édition du festival ‘’Buja Sans Tabou’’

Un désir de faire du festival Buja Sans Tabou un événement incontournable couvrant l’étendue du territoire Burundais. Buja Sans Tabou se tiendra donc du 12 au 15 avril 2018 à Bujumbura et à Gitega. La dizaine de pièces de théâtre mais également les représentations de danse contemporaine et de musique se tiendront Chez Gérard (Kinindo et Cathédrale), à l’Institut Français du Burundi (IFB) et au CELAB (Université du Burundi) pour ce qui est de Bujumbura. A Gitega, les lieux de représentation sont le Lycée Sainte Thérèse, l’école Sainte-Sagesse.

Lire aussi : «Musika», une histoire du Congo programmée pour la Troisième édition du festival « Buja sans tabou »

L’entrée sera gratuite et le comité d’organisation espère que le public répondra massivement à cette grande fête où le théâtre, la musique et la danse seront à l’honneur.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments