Boniface Ndayiragije : «Une Politique Nationale de l’Emploi qui vient à point nommé»

Boniface Ndayiragije : «Une Politique Nationale de l’Emploi qui vient à point nommé»

 

Boniface Ndayiragi,directeur de l’Observatoire National de l’emploi et de la Formation©Akeza.net

Au Burundi, les études qui ont été faites montrent que les jeunes de 15-35 ans représentent 68,8 % de la population. Cette tranche d’âge devrait normalement être active. Mais souvent les jeunes lauréats des Universités (demandeurs d’emploi) n’arrivent pas à en trouver facilement. Beaucoup d’entre eux sont encore dans la rue. Pourtant, la Politique Nationale de l’Emploi a déjà été adoptée par le Gouvernement depuis le 21 novembre 2014.Faut-il certaines ajustements ou améliorations pour diminuer le chômage des jeunes qui devient de plus en plus inquiétant ces derniers jours ?

Face à cette situation, le Gouvernement du Burundi avait fait une initiative en adoptant en 2014 la Politique Nationale de l’Emploi(PNE).Très récemment le document sur cette politique nationale a été sortie et vulgarisé officiellement. Faut-il nous attendre à un changement significatif dans ce secteur ? Boniface Ndayiragije, directeur de l’Observatoire Nationale de l’emploi et de la Formation nous a briefé les principaux axes de ce document sur lesquels, le Gouvernement doit focaliser son attention afin que le chômage soit réduit.

Selon Ndayiragije, cette politique vient à point nommé. Pour l’axe concernant les questions macroéconomique, il faut que toutes les politiques mises en place soient des politiques qui propulsent la création de l’emploi. Il faut que la question de l’emploi soit prise en compte.
L’autre axe concerne la compétence et l’employabilité. A cela, le gouvernement doit essayer de faire face à l’inadéquation de la formation et de l’emploi qui s’observe aujourd’hui. Il faut vraiment lever ces lacunes car, dit-il, aujourd’hui, les formations offertes ne tiennent pas compte de la réalité du marché de travail. Plutôt, il faut que les formations offertes permettent aux jeunes lauréats de s’intégrer facilement au marché du travail.
L’autre axe le plus important concerne la politique de dialogue et de gouvernance du marché de travail. Cela pour dire qu’il doit y avoir une concertation entre le Gouvernement et les employeurs. Ces derniers doivent faire la transparence d’emplois disponibles pour que les jeunes demandeurs d’emploi s’orientent facilement. Par ailleurs, l’Office Burundais de l’Emploi et de Main d’œuvre OBEM profiterait de cette transparence et disponibiliserait les jeunes demandeurs d’emploi afin que les employeurs viennent les récupérer en toute transparence.
Un autre axe concerne le développement du secteur privé. Il faut que les emplois créés soient assortis des mécanismes de protection sociale. Il faut qu’ils soient des emplois décents. Un emploi qui permet à un employé de se procurer ce dont il a besoin, qui lui donne accès aux soins de santé mais aussi à sa protection sociale .Veiller à ce que les entreprises ne créent pas des emplois précaires.

Espérons que la mise application de cette politique nationale d’emploi récemment sortie nous apportera une valeur ajoutée.

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments