Bonfils NIKIZA : ce chanteur gospel épris de compassion pour les orphelins et veuves !

Bonfils NIKIZA : ce chanteur gospel épris de compassion pour les orphelins et veuves !

Bonfils NIKIZA, est un chanteur burundais de gospel basé à Nairobi. Il est aussi le fondateur et représentant légal de « Hope For Brighter Days », une branche de l’association « Brighter Days Foundation », qu’il avait fondé en 2012 à Nairobi au Kenya. Intervenant dans le domaine de l’éducation, la santé et la vie sociale, cette association vient en aide aux enfants orphelins et aux veuves. Elle a commencé ses activités au Burundi en janvier 2017. Bonfils NIKIZA, nous raconte…

 

Akeza.net : Qui est Bonfils NIKIZA?

Bonfils NIKIZA : Je m’appelle Bonfils NIKIZA. Je suis un chanteur gospel. Je suis né en 1985 à Kamenge à Bujumbura. J’ai terminé mes études secondaires en Institut Commercial de Bujumbura, au Centre Scolaire Congolais en 2003. A 18 ans, j’ai déménagé au Kenya. J’ai fait mes études universitaires en Relations Internationales à l’Université de Tel Aviv en Israël pour les terminer en 2012. Aujourd’hui, je travaille à Nairobi au Kenya comme coproducteur et compositeur de chansons à Kilimani Studio. J’ai travaillé avec Kidum sur “Mbingu na dunia”, Kambua et d’autres artistes kenyans. J’ai fait des concerts au Nigeria, Ghana, Kenya, en Tanzanie, en Israël, à Singapour et au Bangladesh. Je chante en kirundi, en français, en anglais et en swahili.

 

Akeza.net : D’où te vient l’idée de Brighter Days Foundation ?

Bonfils NIKIZA: Tout d’abord, il faut dire que j’ai grandi dans des conditions difficiles. Je connais très bien les difficultés d’un enfant orphelin parce que j’ai perdu mon père quand j’étais encore petit. J’ai été élevé par mes grands-parents qui m’aimaient énormément. J’allais à l’école pieds nus et je n’avais pas beaucoup d’habits. Souvent, je m’évanouissais en revenant de l’école à cause de la faim. Par après, ayant découvert l’amour de Dieu, je me suis mis à chanter des chansons gospels. Vu que Dieu a petit à petit changé ma vie, j’ai pensé à aider les personnes qui sont dans des conditions de vie similaires à celles dans lesquelles j’ai grandi.

 

Akeza.net : Pourquoi as-tu pensé à créer Hope for Brighter Days au Burundi ?

Bonfils Nikiza: L’idée a commencé vers la fin de l’année 2016. Il y a un père d’une famille que j’aidais qui m’a dit un jour qu’il voulait aller au Congo parce qu’il y avait trouvé du travail. Je lui ai envoyé les frais de transport et il est parti. Par malheur, deux semaines plus tard, il a eu un accident et a laissé 6 enfants et sa femme enceinte. Après deux mois, sa femme a mis au monde des jumeaux, puis est décédé après l’accouchement avec un des deux bébés gémellaires.

Tout cela est arrivé quand j’étais à Nairobi. Je suis venu au Burundi et j’ai trouvé ces 7 enfants dispersés et très malheureux. La première chose que j’ai faite, c’était trouver comment les mettre ensemble et leur procurer la provision suffisante pour un mois. Après deux semaines, ils m’ont appelé pour me dire qu’ils n’avaient plus de nourriture. Ils m’ont aussi informé que là où ils habitaient il y avait d’autres enfants orphelins. J’étais obligé de rassembler ces enfants. Le nombre se multipliait jour après jour. Mes amis m’ont alors conseillé de fonder une association pour ces enfants. J’ai donc céé la Hope For Brighter Days qui est une branche de Brighter Days Foundation que j’avais déjà créée à Nairobi.

 

Akeza.net : Dans quels pays votre association intervient-elle ?

Bonfils NIKIZA : Notre association intervient dans la région d’Afrique de l’Est. Nous avons déjà commencé à aider 10 enfants à Kigoma en Tanzanie, 25 enfants à Kiboga en Ouganda. Au Burundi nous aidons 50 enfants orphelins 20 veuves et l’année prochaine, ce nombre pourra se multiplier par deux. Au Kenya, nous protégeons les filles de la tribu des Masai qui sont forcées de se marier jeunes. Nous les aidons à suivre leurs études pour avoir un avenir meilleur.

 

Akeza.net : Comment ton métier de chanteur s’inscrit-il dans le cadre de l’association ?

Bonfils NIKIZA : La bible me dit clairement dans le livre de Jacques 1:27 que la meilleure religion c’est aider les enfants et les veuves. Ainsi, j’ai décidé d’utiliser mon talent en musique comme source de revenue pour financer les projets de l’association.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments