Berthille KAZE : « J’ai dû me battre pour ce que j’aime »

Berthille KAZE : « J’ai dû me battre pour ce que j’aime »

Berthille Kaze , peintre burundaise

 

Elle sort du lot !  Elle essaie de se frayer un chemin coûte que coûte dans le monde de l’art, essentiellement la peinture : son nom est Berthile KAZE. Du 28 Novembre au 24 Décembre, ses œuvres font partie d’une exposition de tableaux qui a lieu à la galerie Alexander.

 

Nous l’avons approché…

 

Akeza.net : Tu veux bien nous faire une petite présentation ?

 

Berthile KAZE : Oui bien sûr. Je m’appelle Berthille Kaze, je suis chrétienne, memorand en communication social à l’Université du Lac Tanganyika. Je suis styliste et peintre.

 

Akeza.net : Dis-nous-en plus sur ton travail ….

 

Berthile KAZE : Je me consacre à l’art (styliste et peintre). Je suis des cours depuis un certain temps sur la peinture pour me perfectionner. Mon maître Sengelé Diya Sampaye est un des artistes de l’exposition.

 

Akeza.net : Est-ce par profit que tu t’es tournée vers  l’art ?

 

Berthile KAZE : C’est par amour que je fais cela. Vous savez, il n’y a pas vraiment de profits que l’on fait quand tu regardes le montant de la peinture qu’on utilise et le reste du matériel.

 

Akeza.net : C’est votre première exposition, quels sont vos sentiments ?

 

Berthile KAZE : Je suis fière de moi parce que ça a été dur pour moi d’arriver là où j’en suis aujourd’hui. J’ai rencontré beaucoup d’obstacles : l’incompréhension de la part de ma famille parce qu’elle s’inquiétait que je râte ma vie, mais gloire à Dieu maintenant elle me comprend, le temps de prendre des cours à l’université, les financements, etc. On te décourage et on te dit que l’art n’est pas fait pour les filles ou que tu ne peux pas faire carrière dans l’art. J’ai dû me battre pour ce que j’aime.

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.