Basketball : Le bras de fer entre les Gazelles et la FEBABU est loin de finir

Basketball : Le bras de fer entre les Gazelles et la FEBABU est loin de finir

Le président de la FEBABU Augustin Kararuza lors d’un point de presse du 23 octobre 2019.©Akeza.net

Dans un point de presse d’urgence que le président de la fédération de basketball du Burundi, Augustin Kararuza a tenu dans l’après-midi du 23 octobre 2019, il a pris soin de donner des précisions sur l’affaire du club les Gazelles à Dar-es-salaam. Il dit ne pas être responsable du forfait et que la fédération ne va pas s’acquitter des pénalités infligées au club liées à l’absence d’un arbitre international burundais (3000$) et d’un médecin (1000$). Parallèlement, le président des Gazelles Jean Paul Rukerintore réplique en indiquant que c’était à la fédération d’envoyer cet arbitre. Qui dit vrai ou qui dit faux, c’est le bras de fer entre les 2 structures.

Au regard des réactions de part et d’autre, l’histoire est loin de finir entre les Gazelles et la FEBABU. On l’a bien compris lors de ce point de presse organisé, à cet effet dans un climat qui s’annonce tendu. Augustin Kararuza a nié toute accusation et dit que le club était bien prévenu à l’avance. Par conséquent, la fédération ne pourra pas s’acquitter de ces pénalités. « C’est le club qui en est responsable. Il faut bien différencier l’équipe nationale et les clubs. Ces derniers sont considérés comme privés. Donc la charge n’est pas à la fédération, elle ne peut pas avoir ces moyens. C’est au club de payer le tout. C’était bien spécifié dans les circulaires de la FIBA envoyées aux clubs », dit-il.

Jean Paul Rukerintore, président du club Les Gazelles se plaint de n’avoir reçu aucun soutien de la fédération. Pour lui, c’est la FEBABU qui va payer. « Dans une correspondance que nous avons reçue, il était écrit que la fédération devait prendre en charge l’arbitre international. C’est pourquoi nous ne l’avons pas pris avec nous. Nous n’allons pas payer l’amende parce que le club n’entretient aucune relation avec la FIBA ».

A la question de savoir pourquoi la fédération a permis à une équipe de sortir sans être en ordre, Augustin dit qu’il y a eu un malentendu entre la fédération et le club. « Au départ, on avait tout organisé ensemble avec les ordres de mission. Mais après nous n’avons pas été informés de l’état d’avancement. Nous étions étonnés d’apprendre qu’ils ont déjà foulé le sol tanzanien sans les 2 officiels ».

En vue de ce voyage, le club a reçu des soutiens financiers de la part des différentes structures. Selon Jean Paul (Les Gazelles), la présidence de la République du Burundi sous couvert de la Première Dame leur a octroyé une somme s’élevant à 7500$, le Fonds pour la promotion de l’habitat urbain 500 000FBu et la Banque centrale 1000$. En tout le montant oscille entre 8680$ et 8700$ sur une prévision budgétaire de 11 150$(hormis les frais de 2 officiels qui constituent le nœud du problème).

Bien au-delà de cette polémique, le club accuse la fédération de lui avoir empêché de participer à la coupe des héros 2019 qui a pris fin ce dimanche 20 octobre 2019. Le bras de fer est loin de finir…Signalons que le club est contraint d’interrompre la compétition à cause de ces irrégularités. Il est attendu au bercail ce jeudi 24 octobre 2019.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments