Barbara Bierlier, cette belgo-burundaise qualifiée pour Miss Belgique 2018

Barbara Bierlier, cette belgo-burundaise qualifiée pour Miss Belgique 2018

Barbara Bierlier recevant sa couronne.©DR

Née en Tunisie, grandit au Niger, vivant en Belgique, Barbara Bierlier a été sacrée Miss Brabant Wallon la qualifiant ainsi pour la compétition des plus rudes : Miss Belgique 2018. A Bruxelles, samedi soir, la compétition battait son plein. Barbara revient sur son moment de gloire.

Lire aussi : Barbara Bierlier, cette belgo-burundaise, candidate à Miss Belgique 2018

Akeza.net : Comment était la compétition?

Barbara Bierlier : C’était assez stressant. On a commencé les répétitions pour la soirée vers 10 h du matin. Et la veille, on s’était couchées vers 2 h. Toute la journée, on faisait des répétitions. On était toutes déjà très fatiguées avant même le début de la cérémonie. Et lors de la soirée, on devait se changer très vite d’un passage de scène à l’autre. Ce qui ajoutait du stress au stress déjà présent.

Barbara Bierlier posant après le couronnement.©DR

Akeza.net : Quel était ton émotion quand on a annoncé ton nom?

Barbara Bierlier : Mon stress s’est transformé en joie. C’était une expérience inoubliable en partie parce que j’ai remporté le titre et cela me fait vraiment plaisir. C’est aussi une fierté pour les burundais qui me soutenaient. C’est juste magnifique d’entendre des burundais me dire qu’ils sont fiers de moi, cela m’a fait chaud au cœur.

Akeza.net : Y avait-il un membre de ta famille à la soirée?

Barbara Bierlier:  Ma mère était là et était inquiète. On n’avait pas annoncé mon nom alors elle stressait et se disait que je n’avais pas été choisie.  A la fin, on annonce le verdict. J’ai pleuré et je voyais ma mère au fond de la salle toute contente.

Lire aussi: Barbara Bierlier, 17 ans, représente le Burundi à Miss Afrique Belgique

Akeza.net : A ton avis, qu’est-ce qui a fait que les membres du jury te choisissent ?

Barbara Bierlier : Je ne sais pas trop. Peut-être mon expérience dans le mannequinat. Je n’ai pas beaucoup confiance en moi, mais grâce au mannequinat, j’avais déjà une certaine assurance dans la démarche, une certaine prestance que d’autres filles avaient moins. J’étais donc un peu moins stressée qu’elles car je savais comment ça se déroulerait. Peut-être que ça a joué.

Akeza.net : Quelle est la prochaine étape ?

Barbara Bierlier : Désormais, il va falloir se préparer pour les prochaines échéances, dont la présélection nationale de fin septembre.

Toutes nos félicitations et on lui souhaite bon courage.

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments