Bande dessinée : Le Lac aux oiseaux, entre amour de la nature et retour aux origines

Bande dessinée : Le Lac aux oiseaux, entre amour de la nature et retour aux origines

Gentil Muganga, Scénariste et Bédéiste burundais ©Akeza.net

Toute personne ayant une petite connaissance de la géographie du Burundi a surement entendu parler du Lac aux oiseaux. Un endroit paradisiaque dans la province de Kirundo où des colonies entières d’oiseaux de tout genre se retrouvent. Devant la beauté d’un pareil paysage, Gentil MUGANGA, un jeune scénariste et bédéiste burundais, a décidé de rendre ses lettres de noblesse à ce petit paradis dans une bande dessinée titré « Le lac aux oiseaux, tome 1 : La terre de nos ancêtres ». L’artiste y mêle amour de la nature et attachement aux origines.

Synopsis:

« Comme des milliers de confrères, André l’oiseau entreprend une migration de l’Europe vers l’Afrique à la quête de températures plus clémentes et d’une nourriture abondante. C’est ainsi qu’il atterrit en Afrique et plus précisément au Burundi. Arrivé dans la province Kirundo aux abords du célèbre lac aux oiseaux, il déballe ses valises car il a trouvé ce qu’il cherchait. D’ailleurs il va joindre l’utile à l’agréable lorsqu’il va voir la belle Florette (fille de son guide Maurice) dont il va tomber éperdument amoureux.

Cependant, son séjour ne sera pas de tout repos car ils vont, lui et les autres oiseaux, devoir relever un défi majeur : les porcs épics vont tenter avec un relatif succès de déplacer le lac en ne tenant pas compte des poissons qui vont mourir parce qu’ils n’ont pas su se déplacer avec l’eau ; il faut donc les arrêter. S’engage alors un combat farouche entre les porcs épics et les oiseaux et ceux-ci ne devront leur victoire qu’à l’intervention des oiseaux sorciers qui vont parvenir à ramener le lac dans son lit originel d’où le début de la déchéance des porcs épics. »

L’histoire quoi que fantaisiste – presque comme un conte de fée – est un appel à l’amour de la nature, de sa beauté et de sa singularité, indique Gentil Muganga. En effet, à travers cette bande dessinée, l’artiste a voulu mettre en valeur la beauté et la diversité du lac aux oiseaux dans un monde où l’Afrique est perçue comme une terre aux milles tourments. « Vous savez, il y a de la beauté en Afrique. Malgré tout ce que l’on peut traverser, l’Afrique est belle et c’est cette beauté que j’ai voulu mettre en avant dans cette bande dessinée. J’ai voulu que les gens connaissent le lac aux oiseaux », nous explique le scénariste

Mais le lac aux oiseaux n’est pas seulement une histoire de beauté et de nature, la bande dessinée aborde également les questions de retour aux origines, de liberté et de découverte de l’inconnu. Cela se constate lorsqu’on lit l’histoire d’Yves et Steve, 2 oiseaux de la même famille ayant grandi différemment, l’un en cage et l’autre en liberté. Si pour Yves, le rêve est de connaitre la vie dans la nature et la liberté, pour Steve c’est l’envie de découvrir la vie avec les humains qui l’attirent. Un véritable parallélisme avec ce qui se passe entre les africains qui vivent en Europe et rêvent de retourner en Afrique – la terre des ancêtres – et ceux vivant sur le continent africain qui ne jurent que par l’occident et ses beautés.

« Le Lac aux oiseaux » est donc une bande dessinée de découverte et de réflexion.

Gentil Muganga espère que « Le Lac aux oiseaux » saura éveiller la curiosité du lecteur sur le ce coin paradisiaque au cœur du Burundi. « J’espère que les lecteurs vont être amenés à découvrir le lac aux oiseaux et sa beauté », nous dit l’artiste.

 

Notons que la bande dessinée qui devrait bientôt paraitre sera suivi d’un second tome qui serait déjà en cours de préparation.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments