Avec le rachat de LEO, Econet wireless devient le leadeur incontesté au Burundi

Panneau publicitaire de conet Wireless.(www.akeza.net)

Panneau publicitaire de conet Wireless.(www.akeza.net)

Ce qui était considéré comme rumeur, est devenue officielle. L’entreprise Telecel Globe du groupe des télécommunications VIMPELCOM a officialisé la nouvelle en sortant un communiqué de presse. Ils portaient à la connaissance du public de leur cession des actions au groupe Econet Wireless. Le prix de transactions est de 65 millions de dollars. Leo Burundi est racheté par ECONET Wireless.

 

 

L’opérateur UCOM, qui opère sous le nom commercial de LEO Burundi appartient désormais à ECONET WIRELESS. Le groupe VIMPELCOM a conclu la cession de ses filiales au Burundi et en Centrafrique. Toutefois, la vente était prévu depuis 2013.C’ est la société NIEL Telecom de l’entrepreneur français Laurent Foucher qui avaient entamé les négociations. L’opération n’a pas abouti, faute de l’acquéreur incapable de conclure le financement nécessaire.

 

 

Cette cession de part s’inscrit dans le cadre de se débarrasser d’actifs considérés non stratégiques par VIMPELCOM. Selon les statistiques publiées par TELECOMS, les opérateurs burundais gagnent une moyenne inférieure à 3 dollars par abonné et par mois. Ce qui est rude pour cet opérateur russe VIMPELCOM, qui a une dette de 20 milliards de dollars.

La direction générale de LEO BURUNDI.©afrifame

La direction générale de LEO BURUNDI.©afrifame

 

Le groupe Econet Wireless propriétaire de l’opérateur Econet au Burundi vient de réconforter son fauteuil de leader dans le secteur de la télécommunication, en rachetant LEO Burundi. Leo Burundi compte 1,8 millions de clients, environ 65% du marché locale de la téléphonie.

 
ECONET WIRELESS, le groupe fondé par Strive MASIWA s’est offert en même temps la société TELECEL RCA(Centrafrique), qui compte déjà.400.000 abonnés.

 

 

Les dirigeants de VIMPELCOM juge la mesure de cession de parts, comme une stratégie. L’opération a bel et bien débutée au CANADA.C’ est retrait stratégique, affirment-ils.Toutefois, ils restent opérationnels dans certains pays comme Pakistan, Bangladesh, Zimbabwe, etc.

 

 

Armand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.