Association des transporteurs : «Le retrait de bus ‘’main gauche’’ va devoir attendre»

Association des transporteurs : «Le retrait de bus ‘’main gauche’’ va devoir attendre»

Charles Ntirampeba secrétaire général de l’ATRABU.

La loi portant retrait des bus main gauche de la circulation est en vigueur depuis le 23 novembre 2015.Pourtant ces derniers restent toujours en circulation. Ily a moyen de se poser des questions par rapport à la mise en application de cette loi. L’association des transporteurs du Burundi(ATRABU) dit avoir demandé un délai de grâce auprès du gouvernement.

 Personne ne peut ignorer les accidents causés par les bus ‘’main gauche’’. Cette loi était venue à un moment opportun mais des  questions restent à se poser quant à la mise en application de cette dernière.L’ATRABU affirme être au courant  des accidents causés par ces derniers et promet de tout faire pour que la question soit résolue. «Nous reconnaissons que les bus main gauche causent des accidents routiers mais on ne peut pas oublier que les routes en mauvais état et les chauffeurs non formés peuvent aussi provoquer les accidents de la route”, nous dit Charles Ntirampeba secrétaire général de l’ATRABU.

Voir que le gouvernement n’a pas été rigoureux en ce qui est de la mise en application de cette  loi ne signifie pas sa négligence, plutôt le gouvernement comprend que la situation est complexe vue la cherté  des nouveaux bus main droite. «Normalement la loi était là depuis le 23 novembre 2012 avec un délai supplémentaires de trois anspour que nous nous y conformions. C’est à dire que depuis le 23 novembre2015  la loi devait être mise en application. Mais nous avons approché le gouvernement pour lui demander un délai de grâce pour qu’on puisse utiliser ce dernier jusqu’à ce qu’ils soient usés afin d’en acheter d’autres. Le gouvernement nous a compris”, se réjouit –il.

Et de poursuivre que les véhicules ‘’main droite’’ coûtent énormément cher.Un coaster neuf coute 160 millions de FBU. Ce n’est pas facile d’éliminer d’un coup tous les bus ‘’main gauche’’ de la circulation étant donné que la plupart des chauffeurs travaillent en perdant. Nous sommes en train de fournir des efforts significatifs pour pouvoir les remplacer. «J’espère que petit à petit ça va marcher”, affirme –t-il.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments