Arts martiaux : A 6 ans, Ali est déjà un as du Wu-shu (kung fu)

Arts martiaux : A 6 ans, Ali est déjà un as du Wu-shu (kung fu)

Ali Nshimirimana ©Akeza.net

Si vous avez l’habitude de parcourir les réseaux sociaux, vous avez certainement vu la vidéo du petit garçon effectuant une démonstration de Wu-Shu (un art martial chinois). Ce gamin qui a l’air de maitriser cet art s’appelle Ali Nshimirimana et à seulement 6 ans, c’est déjà un as du Wu-shu.

Le petit Ali semble avoir une maitrise de l’art du Wu-shu. L’idée qui veut que plus jeune on apprend une chose, plus vite on la maitrise, semble marcher sur ce gamin. En effet, Comme on peut le voir sur la vidéo, Ali maitrise des notions de cet art martial qui prendrait des années à des adultes.

C’est poussé par son père, un grand amateur de sport, qu’Ali se met au Wu-shu. Il n’a alors que 3 ans. Le petit garçon reproduit les mouvements que lui apprend son frère et très vite y prend goût. «Son père aime beaucoup le sport et il a voulu que son fils intègre un club d’art martial. Plus Ali y allait, plus il aimait ça et depuis il le pratique », nous explique Ismael Niyomugabo, grand frère d’Ali.

Comme un passionné, Ali apprend vite. Son talent pour les arts martiaux devient de plus en plus évident. La progression d’Ali est marquante. « Il y a d’autres enfants dans le club, mais il est le plus assidu. Il apprend vite et c’est une bonne chose », nous dit Yves Ntirenganya, son maître. Une progression pour laquelle Mr Yves nourrit de grands espoirs. « Il est vraiment talentueux et on espère qu’il va toujours progresser. J’aimerai qu’il continue à progresser et qu’il aille très loin dans cet art martial. Qu’il soit capable de remporter des compétitions internationales à travers le monde ».

Ali Nshimirimana lors d’une démonstration de Wu-shu en 2017 ©Akeza.net

Etre capable de maitriser les arts martiaux pour un enfant aussi jeune donnerai à penser qu’il s’en servirait contre ses camarades et pourtant aussi bon qu’il puisse être en Wu-shu, Ali garde la discipline qui caractérise la majorité des adeptes des arts martiaux. « Je ne me bats pas à l’école (dit-il d’une voix timide) quand quelqu’un me provoque je le dis à la maitresse. Je ne dois me battre parce que je serai puni », explique Ali.

Pas vraiment conscient de l’engouement qu’il y a autour de sa personne, le jeune Ali s’amuse à apprendre tout ce qu’il serait possible de connaître dans le Wu-shu et à devenir fort. Pour ses maîtres, c’est le rêve de le voir atteindre le plus haut niveau dans le Wu-shu qui les motive. Un rêve qui pourrait devenir réalité.

Enfin on le souhaite tous !

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments