Art : Brice Perceval BANKURA, peintre et graffitiste à Cankuzo

Art : Brice Perceval BANKURA, peintre et graffitiste à Cankuzo

Brice Perceval BANKURA a 20 ans. Lorsqu’il a découvert son talent, il avait 7 ans. Il reproduisait des images affichées en classe à l’école primaire. Tout au long de sa scolarité, il mène parallèlement les études et le dessin de l’école primaire à l’école secondaire. Lorsqu’il arrive au bout de ses études secondaires, il veut que son talent se manifeste pleinement. Aujourd’hui, il dessine au crayon et au stylo à bille mais aussi fait des graffitis et des pancartes publicitaires au moyen de la peinture.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’artiste Brice Perceval BANKURA tient dans les mains ses deux dessins réalisés à l’aide d’un stylo à bille.©akeza.net

Au départ, Brice Perceval BANKURA ne sait pas ce qu’il va faire avec le dessin. Il se passionne pour cet art tout court. Cependant, en rencontrant Shaquille MUGISHA (qui a créé Shaqu’Art) en 2009 à l’école secondaire, il découvre l’importance du dessin. Il a alors la soif d’apprendre davantage. « Je voulais avoir le niveau de mon ami Shaquille. Malheureusement, je n’ai pas pu atteindre son niveau. Pire, en 2013 notre famille a déménagé vers un quartier très éloigné de celui de Shaquille, avec qui je partageais la passion », regrette-t-il.

 

Il faut persévérer!

Bien que la vie vînt d’éloigner Brice Perceval de ses amis, il n’a pas jeté l’éponge. En classe de 8ème, il a failli reprendre l’année parce qu’il passait presque tout son temps à dessiner. «Je m’enfermais dans ma chambre presque 6 heures entrain de dessiner à l’aide d’un stylo noir. Mais parents croyaient que je faisais l’étude », se souvient-il.

A la fin d’une huitième année difficile à passer, Brice comprend qu’il vaut mieux privilégier les études. Ses parents abondent dans le même sens: « Mes parents me disaient d’étudier d’abord. Ils me conseillaient de décrocher d’abord  un diplôme, puis de me spécialiser dans le dessin après», confie-t-il.

 

La passion rémunère!

Aujourd’hui, Brice Perceval BANKURA  fait des graffitis et des pancartes publicitaires à l’aide de la peinture. « Même si je ne gagne pas beaucoup d’argent afin de vivre de mon talent, j’encaisse quelques frais qui m’encouragent à foncer droit dans le dessin», s’enthousiasme-t-il.

Brice Perceval déplore le manque de clients à Cankuzo. Il trouve ses clients ailleurs. « La plupart de mes clients sont dans les villes de  Gitega et Bujumbura », précise-t-il

Il regrette aussi le manque de collectifs ou groupes de dessinateurs comme c’est le cas à Bujumbura avec les collectifs TwoFiveSeven Arts et Shaqu’Art. Il rêve  de former un groupe de dessinateurs à Cankuzo d’autant plus qu’il y en a qui ont été formés à l’Ecole Technique Secondaire d’Art de Gitega.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments