Art: A la rencontre de Yish Karamu, le spécialiste du dessin au stylo…

Art: A la rencontre de Yish Karamu, le spécialiste du dessin au stylo…

Yish Karamu, de son vrai nom Hervé Ndayishima est un jeune artiste spécialiste du dessin au stylo©Akeza.net
Yish Karamu, de son vrai nom Hervé Ndayishima est un jeune artiste spécialiste du dessin au stylo. Aujourd’hui, ce technicien en arts plastiques compte à son actif toute une panoplie de dessins sous forme de portraits. De là, il communique sa vision du monde en prônant un caractère humain dont tout un chacun est invité à aiguiser, à rajeunir. Son secret : le papier et le stylo.

Un début difficile

La plupart de parents voudraient voir leurs enfants devenir docteurs, avocats, ingénieurs en général les voir occuper des hautes fonctions, ce qui n’est pas toujours le cas. Yish a été parmi ces enfants qui ont rencontré des blocages lorsqu’ils ont décidé de se lancer dans un domaine peu estimé comme l’art.

Il raconte : « Quand j’ai commencé à m’amuser au dessin, j’étais tout petit et mes parents surtout mon père avant sa mort n’ont pas du tout apprécié .Ils considéraient cela comme une distraction vu que j’étais encore sur le banc de l’école. En plus physiquement, j’étais inapte, je ne pouvais pas exercer certaines activités physiques et cela m’exposer aux moqueries de la part de mes camarades. Pour ce faire, je trouvais refuge dans l’art et beaucoup de gens ont commencé à m’apprécier pour ça ». Et de renchérir : « C’était mon point fort ».

Yish Karamu, de son vrai nom Hervé Ndayishima est un jeune artiste spécialiste du dessin au stylo©Akeza.net

Mais avec le temps, les parents de Yish ont fini par comprendre que leur fils avait du talent et qu’il fallait le soutenir. «  Lorsque je suis arrivé en 10ème, on m’a fait inscrire dans une école d’art à l’Ecole Technique Secondaire d’arts(ETSA) basée à Gitega. J’ai terminé mes études l’année dernière en septembre avec un diplôme de technicien en Arts plastiques »,a-t-il indiqué.

Un papier et un stylo font l’affaire

Pour ce jeune de 21 ans, faire le dessin au stylo n’est pas chose facile. « C’est un travail qui demande beaucoup de concentration, si une fois on trébuche, c’est toute la toile qui s’abime. Pour mes dessins, je me sers de 2 armes : un papier format A4 (21×29.7cm) et un stylo à bille comme medium principal. Et cela me prend 3 jours dont 10h par jour de dure labeur et de concentration pour parvenir à pondre une belle toile », a indiqué Yish.

Et d’ajouter :« grâce à mon art, je parviens à gagner de l’argent que j’utilise pour satisfaire mes besoins. Je parviens également à aider ma famille surtout ma mère et cela l’enchante de voir combien de fois je progresse. Ainsi donc mon objectif c’est celui de toucher encore un grand public à travers mes œuvres. A partir de là, communiquer ma vision du monde en prônant un caractère humain dont tout un chacun est invité à aiguiser, à rajeunir ».

 

Un médium de prédilection

A côté du dessin au stylo, Yish fait aussi de la peinture mais sur commande, dit-il. Amoureux de cette 1ère forme d’art, Yish le considère comme un medium de prédilection pour lui. « J’ai choisi de faire le dessin avant tout pour me valoriser et valoriser mon talent. Lorsqu’on se met en valeur, cela te donne l’estime de soi mais également d’aller toujours de l’avant et d’affronter tous les dangers ».

Yish exhorte les jeunes talentueux à ne pas céder aux moqueries mais plutôt de démontrer leur savoir faire. « Il faut donner de la valeur à ce que vous faites tout petit soit-il car petit à petit l’oiseau fait son nid ».

 

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments