Allaitement maternel: Le Rotary Club Bujumbura Great Lakes brise le tabou

Allaitement maternel: Le Rotary Club Bujumbura Great Lakes brise le tabou

Pamela Sigejeje ©Akeza.net

Après avoir constaté une diminution considérable de l’allaitement maternel au profit des substituts(le lait artificiel), le Rotary club Bujumbura Great Lakes a organisé une conférence sur l’allaitement maternel.  L’objectif étant de promouvoir ce geste naturel et encourager les jeunes mamans à allaiter leurs enfants le plus longtemps possible pour leur bon développement.

Cet évènement s’inscrit dans le cadre des axes stratégiques de cette organisation dont l’un porte sur la santé de la mère et de l’enfant. Cela étant, cette conférence s’est tenue le 20 Avril à Martha Hôtel à Bujumbura.

Ayant comme thème « l’allaitement maternel : un geste naturel, un art qui s’apprend », cette conférence a vu la participation de jeunes mamans, de papas, des professionnels de la santé ainsi que des cadres d’entreprises. Les discussions ont porté sur un partage d’expériences, de connaissances et de conseils pratiques pour combler le manque d’informations auquel font face les nouvelles mamans sur les bienfaits de l’allaitement maternel. Mais également sur les astuces pour un bon allaitement.  La conférence ne cherchait pas à juger les mamans qui n’allaitent pas leurs enfants, que ce soit par choix ou par contrainte. Elle cherchait, d’après la Présidente du Rotary Club Bujumbura Great Lakes, à encourager et outiller celles qui le souhaitent.

Des exposés édifiants

S’exprimant sur les bienfaits de l’allaitement maternel vis-à-vis du développement de l’enfant, le Dr pédiatre Léopold Barutwanayo a donné quelques directives concernant la tétée. C’est notamment l’allaitement exclusif de l’enfant  pendant 6 mois tout en respectant un intervalle inférieur à 4h entre chaque tétée et de veiller à l’allaitement maternel durant la nuit également. Et puis de faire attention  à l’alimentation parce qu’elle influe sur la qualité du lait maternel. Vers la fin de sa présentation, le Dr Léopold a tenu à souligner qu’il n’y a pas de seins qui ne donnent pas du lait mais que ce sont des allaitements mal débutés !

Lire aussi : Tous les clubs Rotary du Burundi contre la poliomyélite

Vivant avec le diabète depuis 25 ans, l’une des invitées a partagé son témoignage sur son combat pour allaiter. Sa confiance a ému presque toute l’audience présente. Pour elle, allaiter c’est d’abord un état d’esprit. « Il faut allaiter le bébé peu importe les circonstances. Si tu manques de lait, ne panique pas, relaxe-toi et essaies de te convaincre que tu vas y arriver », dit-elle. Elle a en outre rappelé qu’il y a très peu de maladies chroniques qui empêchent d’allaiter.

La psychologue Gisèle Busokoza, à son tour, a exposé sur l’impact de l’allaitement maternel sur la relation mère-enfant. Elle a parlé des différentes expériences scientifiques sur la relation mère-enfant. Celles-ci ont révélé à quel point les mamans ainsi que la relation qui se crée entre elles et leurs enfants jouent un rôle important dans le développement de ces derniers. « Il faut une interaction lors de l’allaitement pour préparer l’enfant à affronter le monde à venir », a-t-elle indiqué.

Et les astuces ?

Une autre invitée a partagé quelques astuces pour réussir un allaitement maternel. En premier lieu, il faut s’informer à travers la documentation . En deuxième lieu, choisir une bonne position lors de l’allaitement pour être à l’aise et pour ne pas mettre mal à l’aise le nourrisson. En troisième lieu, faire la pratique du peau à peau effectuée pour stimuler la montée laiteuse. Elle consiste à c’est-à-dire qu’on va mettre l’enfant sur soi pour créer le contact et ainsi stimuler cette montée. Egalement, prendre une boisson relaxante afin de créer un sentiment de bien-être, et ainsi stimuler l’hormone qui secrète le lait. En quatrième lieu, avoir une confiance en soi, ne pas se presser. Enfin, privilégiez des aliments bénéfiques.

Une troisième invitée a quant à elle partagé une expérience différente. Après un accouchement et un retour à la maison difficiles, et malgré une longue préparation bien documentée, elle n’avait pas pu allaiter son enfant. Son partage portait sur les barrières à l’allaitement maternel, citant entre autres le stress, les facteurs physiologiques et émotionnels, ainsi que les pressions sociales. Pour elle, toutes ces barrières peuvent être contournées, à la seule condition que le tabou soit brisé et que les mamans soient prêtes à partager leurs expériences.

Et pour bien clôturer cette conférence, la présidente du Rotary Club Bujumbura Great Lakes, Pamela Sigejeje a exprimé sa satisfaction. « Au niveau de notre club, nous sommes déjà satisfaits par cette conférence parce que l’allaitement maternel est un sujet tabou dans notre société. Alors que c’est un geste naturel. Nous espérons que nous avons éclairé les esprits avec cette conférence. Le Rotary essaie d’améliorer les conditions de vie dans la communauté », fait savoir Pamela. Et de renchérir : « nous voulons que  cette conférence marque le début d’un débat social afin de remettre en évidence les bienfaits de l’allaitement maternel, et que chaque maman fasse un choix informé. »

 

Fleurette HABONIMANA

 

 

 

Comments

comments