Aiza NTIBARIKURE, cette burundaise qui a repris magnifiquement « Tous les mêmes » de Stromae

Aiza NTIBARIKURE, cette burundaise qui a repris magnifiquement « Tous les mêmes » de Stromae

Aiza NTIBARIKURE entrain de chanter sur scène ©DR

A 25 ans, c’est à travers une vidéo dans laquelle elle reprend « Tous les mêmes » de Stromae que cette canadienne d’origine burundaise dévoile un de ses talents, le jeu d’acteur. Elle nous emporte dans une version réussie et réadaptée avec une voix impressionnante. Elle s’appelle Aiza NTIBARIKURE -une passionnée de musique et de théâtre- et nous livre l’histoire derrière sa version de « Tous les mêmes ».

Akeza.net : Parles-nous de toi ?

Aiza : Je suis auteur, compositeur et comédienne d’origine burundaise. Je suis née à Montréal au Canada. J’adore le chant, la musique, la danse, le cinéma. Bref, tout ce qui a trait aux arts de la performance, j’ai fait la technique de théâtre pendant trois ans au collège, ça va faire plus de 6 ans que je travaille dans le milieu. Je suis heureuse, je suis ma passion. Tout ce qui touche aux arts de la performance. Mes projets musicaux m’ont permis de voyager assez souvent, dernièrement, j’ai été à Los Angeles, à Guadeloupe, à cuba et en Côte d’Ivoire là où j’ai récemment participé au jeu jeunesse de l’association 3535 en tant qu’artiste invitée.

Akeza.net : Pourquoi reprendre « Tous les mêmes », est-ce une histoire de cœur qui se serait mal passée ?

Aiza : j’ai toujours aimé la musique de Stromae, je trouve que c’est un artiste vraiment phénoménal. Il a une écriture propre à lui. Et au moment où j’ai voulu reprendre, je dirais que je vivais une petite peine d’amour et les paroles de la chanson m’ont beaucoup touché. Alors j’ai décidé de canaliser ma peine dans un projet artistique comme je le fais souvent.

Akeza.net : Un jeu d’acteurs adapté, un lieu bien choisi, tout nous renvoie à une scène de théâtre qui pourrait nous laisser croire que tu es une adepte de théâtre, est-ce bien le cas?

Aiza : Très certainement oui. J’ai toujours aimé le théâtre. Déjà au secondaire, je jouais dans des comédies. C’est là que je suis tombée amoureuse de la scène, le chant et le fait de jouer des personnages, de raconter des histoires. Je fais des productions en français et en anglais, espérons que cela va me mener loin.

Akeza.net : Outre le jeu d’acteur impeccable, tu as une voix sublime, as-tu déjà pensé à une carrière dans l’industrie de la musique ?

Aiza : oui, en fait j’en ai déjà une. Je bâtis ma carrière en tant qu’auteur interprète. J’ai toujours aimé le chant, dernièrement je voulais le prendre au sérieux donc j’ai commencé à collaborer avec d’autres artistes. Quand j’étais à Los Angeles, j’ai collaboré avec un groupe de rock appelé Beat Market, on a sorti une chanson qui s’appelle « See what I mean ». Actuellement, je travaille sur mon premier album, je dirais que mes sons sont plus R’NB, soul, reggae et pop. Tout ce qui a du rythme.

Visionnez le clip de « Criminal » de Aiza NTIBARIKURE

Akeza.net : Peut-on s’attendre à une autre cover, mais cette fois-ci d’une chanson burundaise ?

Aiza : Là alors… (Rire) c’est une question que l’on me pose depuis toujours. Je comprends le kirundi mais quand je parle kirundi on se moque de moi à cause de mon accent. La première fois que je suis allée au Burundi en Août dernier, ça m’a fait un bien fou. J’ai tout adoré ; l’accueil, surtout la nourriture (rires), le climat, les gens.

Pour répondre à ta question, j’aimerais bien faire une cover d’une chanson burundaise un jour, mais je voudrais d’abord écrire une chanson en kirundi. Et bien sûr je l’écrirais avec l’aide de mon père, il joue de la guitare et de l’orgue.

Propos recueillis par Miranda AKIM’

Comments

comments