Les administrateurs du compte burundais de African Trip sous les feux des projecteurs

Les administrateurs du compte burundais de African Trip sous les feux des projecteurs

Identifiant du compte burundais sur Snapchat

 

Il y a quelques mois le Burundi entrait dans une nouvelle cadence “African Trip”. Certains d’entre vous se disent déjà : c’est quoi ça? Vous ne savez pas ce que c’est? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas les seuls. Lancelot Sekarimunda résidant au Canada et Ingrid Nadège Nkurunziza, en France, nous expliquent le concept, qui est récemment devenu la façon la plus simple de découvrir le Burundi, ses habitants et sa diaspora.

 

Un petit aperçu sur l’origine du concept?

Harold Joakim Fossouo, 20 ans, jeune étudiant camerounais, créa un compte Snapchat réservé uniquement aux camerounais. Le concept avait pour but de rapprocher les camerounais qui se trouvent un peu partout sur le globe. Ensuite Halima Diarra, l’administratrice du compte malien s’est inspirée du compte camerounais pour créer celui du Mali. Elle a fait appel à Harold pour une collaboration et c’est ainsi  que plusieurs comptes ont rejoint le mouvement de compte communautaires sur Snapchat.  Halima leur a ainsi proposé de s’appeler African Trip.

 

Qui sont les initiateurs du concept au Burundi ?

C’est à Ingrid et Lancelot que reviennent l’idée et la tache de faire du Burundi, un pays parmi les 20 et plus qui sont membres de l’African Trip.

Ingrid Nadège Nkurunziza, 21ans, va à l’Université de Lille 1, en deuxième département d’Economie et Gestion.

Ingrid Nadege Nkurunziza

Ingrid Nadège Nkurunziza

 

Lancelot Sekarimunda, 22ans, fait ses études en Business Administration à l’Ecole des Sciences de la Gestion de l’Université du Québec à Montréal.

Récemment, Halima, présidente du bureau exécutif d’African Trip, a nommé Lancelot son vice-président et Nadège, responsable de la surveillance de tous les comptes snapchats d’African Trip.

 

Le choix du « guest », la partie la plus longue

La partie la plus longue est la sélection des guests  et leur programmation. Lancelot nous explique le processus : “On doit trier les demandes, voir les profils les plus intéressants, ensuite leur assigner un jour de passage et enfin leur donner les informations pour accéder au compte snapchat le jour de leur passage. Une fois que cela est fait, le contrôle est la partie la plus facile. On se départage le travail. Comme on est dans des fuseaux horaires différents Nadège et moi, ça nous permet de bien couvrir et contrôler ce qui se passe sur le compte en tout temps.”

Lancelot Sekarimunda

 Lancelot Sekarimunda

 

Non Mesdames et Messieurs, Buja257 n’est pas une distraction pour les jeunes

Si Buja257 est une distraction ? Une “story” d’un “guest” dure environ 10 à 15min, voire moins, si on met bout à bout chaque snap. Je ne pense pas qu’on distrait les jeunes. Mais  l’une de nos grandes missions et notre principal souhait qu’on s’est fixé, c’est de trouver des guests qui pousseront les followers à la réflexion, qui vont encourager les gens à lire, à s’informer sur le pays et le continent pour ne pas constamment montrer le côté festif » martèle Lancelot.

Il poursuit : «Donc on fait nos devoirs, on observe la communauté, on observe les réseaux sociaux à l’affût de cette personne qui mérite d’être connue par les burundais et sa diaspora ! Pour, ainsi, ne pas être une distraction mais quelque chose de plus que ça ! Un divertissement, une découverte, des retrouvailles, des rencontres, des débats, des échanges. C’est à ça qu’on veut être assimilé quand on mentionne Buja257⁠⁠⁠⁠»

 

 Pour ceux qui aimeraient être guest, c’est très simple : envoyez  un mail à l’adresse burundibuja257@gmail.com ou contactez directement les administateurs via Facebook: Buja257, Instagram: @buja257official et Twitter: @buja257official.

 

Miranda Akim’

Comments

comments