«Africa Eat » : Aline KAMIKAZI fait des plats burundais à Paris (Massy)

«Africa Eat » : Aline KAMIKAZI fait des plats burundais à Paris (Massy)

Née à Bwiza, grandie à Jabe et à Musaga, Aline KAMIKAZI quitte le Burundi à 15 ans (en mars 1994) pour s’installer en France où elle réside actuellement. Aujourd’hui, elle a 43 ans et elle est mère de deux garçons. Assistante de gestion chez Paris Sud Aménagement (société d’aménagement du territoire urbain), elle vient d’ouvrir son propre restaurant «Africa Eat » où elle propose des plats burundais et africains en général.

 

La cuisine rime désormais avec plaisir !

 

La cuisine a toujours été une passion pour Aline KAMIKAZI. Bien qu’elle ait un autre travail, cuisiner reste son coup de cœur. C’est ainsi qu’elle vient d’ouvrir son propre restaurant « Africa Eat », en France, en région parisienne. « J’aime cuisiner et surtout j’aime cuisiner pour les autres. Pour le moment, je gère deux jobs. Au restaurant, je bosse à mi-temps. Pour le reste du temps, je cuisine les soirs », déclare-t-elle toute heureuse.

 

Dans son restaurant, Mme KAMIKAZI propose toutes sortes de plats d’Afrique centrale, de l’Ouest et de l’Est. « Mon objectif principal est de faire découvrir surtout les plats d’Afrique de l’Est que la plupart des gens ici ne connaissent pas. Surtout des plats burundais », confie-t-elle en toute fierté.

 

 

Aline KAMIKAZI souhaiterait proposer beaucoup de plats burundais dans les menus du jour à découvrir. Ces plats comprendront « igitoki » (banane verte), « umutsima/ubugari » (la pâte), « ibijumbu » (la patate douce), « imyumbati » (manioc) et « amateke » (les colocases). «J’ai ma façon de préparer cela et les gens apprécient», se réjouit-elle.

 

La pandémie de la Covid-19 qui affecte le monde entier n’épargne pas notre restauratrice : « Pour le moment, il s’avère difficile de trouver facilement les ingrédients à cause de la Covid-19 », dit-elle.

 

Au Burundi, Mme KAMIKAZI a fait ses études à l’Ecole Saint Michel à Ngagara Quatrier 4 puis au collège Saint Albert. En France, elle a continué ses études en Brevet de Technicien Supérieur, option gestion.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

 

Comments

comments