Affaire Buja Fm : La direction de la radio rétablit la vérité

Affaire Buja Fm : La direction de la radio rétablit la vérité

Affaire Buja Fm : La direction de la radio rétablit la vérité. Franck TUMWEKASE, Directeur de Buja Fm ©DR

L’affaire a fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis ce matin dans la capitale burundaise. En effet, selon plusieurs sources et notamment via un article publié ce jeudi 05 juillet par SOS Media Burundi, la radio Buja Fm aurait suspendu 6 journalistes du service des sports. Des informations qui ont vite fait de mettre du remous auprès du public étant donné que selon cet article, les journalistes ont été suspendus après avoir dénoncé une supposée malversation. Pour rétablir la vérité et éclairer l’opinion, Frank TUMWEKASE, Directeur de Buja Fm, a tenu une conférence presse dans les locaux de la radio cet après-midi.

Si l’information faisait état de 6 suspensions ou révocations, la direction a tenu à clarifier que la suspension ne concernait que 5 journalistes. La radio a décidé de suspendre Arsène BUCUTI, Elvis IRDUKUNDA, Kevin GAKIZA, Landry RUKUNDO et Alain MUHIRWA, tous journalistes sportifs à Buja Fm. Selon Franck TUMWEKASE, ces derniers ont été suspendus pour avoir boycotté et refusé de travailler. En effet, toujours selon le directeur, les journalistes mentionnés ci-haut ont refusé de s’acquitter de leur travail qui consistait à commenter les matchs de la Coupe du Monde de football. D’après Mr. TUMWEKASE, leur décision a été prise en solidarité de leurs collègues qui commentaient le Mondial depuis les studios de la radio et qui ne recevaient plus la rémunération initialement prévue dans ce cadre.

L’affaire qui lie aujourd’hui les journalistes et la direction de la radio est avant tout un problème de mauvaise compréhension des termes, nous assure le directeur.

« Conformément aux arrangements, nous payons un supplément aux journalistes qui commentent les matchs dans les bars durant la Coupe du Monde, en plus de leur salaire habituel. Nous avons donc une équipe de 7 journalistes qui sont sensé commenter les matchs du Mondial tous les jours dans les bars. L’incompréhension réside dans le fait que nous avons décidé de ne pas rémunérer, pour la coupe du monde, les journalistes qui restent en studio », explique Mr TUMWEKASE.

Une décision que les journalistes sur terrain n’ont pas accueilli de bon cœur, puisque 5 d’entre eux ont refusé de travailler le vendredi 29 juin, alors que l’équipe était attendue à Gitega pour commenter les matchs. Face à ce choix, la direction de Buja Fm a décidé de suspendre les 5 journalistes. Cette suspension devrait durer 2 mois, le temps pour la radio d’étudier minutieusement le cas de chacun et prendre une décision finale. La décision finale devrait être prise après le travail de l’équipe juridique de Buja Fm, qui aura la lourde tâche de déterminer la nature et l’importance de l’action de ces 5 journalistes.

Franck TUMWEKASE a tenu à préciser que la décision de suspendre les journalistes n’est nullement arbitraire et repose sur les textes qui régulent le fonctionnement de la radio. Ces textes même respectent la loi du travail. « Cela est un cas d’indiscipline que réprime le règlement d’ordre intérieur de la radio », a-t-il mentionné.

En ce qui concerne le cas de Gisa Steve, celui-ci n’est pas sur le coup d’une suspension puisque son cas diffère de celui de ces collègues. Le journaliste aurait par contre reçu une lettre de demande d’explication pour avoir fait la promotion d’un autre média sur les réseaux sociaux. Une procédure qui s’appuie sur l’article 20 du règlement d’ordre intérieur de Buja Fm, dans son alinéa 9, qui stipule que tout journaliste/ou animateur devrait s’abstenir de tout comportement public ou privé pouvant jeter le discrédit sur la profession et sur l’organe qui l’emploit. « L’article 20 me donne le droit de demander des explications à Gisa Steve sur les raisons qui l’ont poussé à faire de la publicité pour une autre radio sur les réseaux sociaux », nous dit Franck TUMWEKASE.

Il assure par ailleurs que l’équipe juridique de la radio, mettra tout en place pour examiner de manière correcte ce dossier et pour y trouver une issue le plus tôt possible. Le tout dans le respect de la loi et des textes régulant la radio.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments