Adolphe Rukenkanya: »ces artistes en cavale se sont attirés eux-mêmes des ennuis. »

Adolphe Rukenkanya ; Ministre de la Culture.©Akeza.net

Adolphe Rukenkanya ; Ministre de la Culture.©Akeza.net

 

Le ministère de la jeunesse, sport et culture a présenté ses réalisations de l’an 2014. Il a été question de donner l’occasion aux journalistes de poser les questions. Le ministre de la culture Adolphe Rukenkanya a donné des éclaircissements sur les chanteurs qui se sentent en insécurité. Si on en croit ses propos, ‘’ces artistes en cavale, se sont attirés eux-mêmes des ennuis.’’

 

Dans ses propos, le ministre a d’ abord rappelé qu’il ne faut jamais comparer l’incomparable environnement social au Burundi avec les autres pays.  » Ce qui est faisable sous d’autres cieux, ne peut pas nécessairement être fait au Burundi. Les artistes doivent être prudents. Le Burundi est un cas à part. Nous avons notre culture, ce qui peut être fait en France ou aux USA, n’est pas forcément recommandable au Burundi. » martelait-il.

 

 

Adolphe Rukenkanya, ministre de la culture a également évoqué les droits fondamentaux. » Il faut savoir la limite des droits. Il faut également écouter ces chansons. Est ce qu’elles appellent à l’unité nationale? Dans ce cas, c’est normal que les instances de la justice puissent vouloir les interroger. Je lance un appel à cette jeunesse, de bien se ressaisir. »

 

Pour rappel, certains membres du groupe Lion story, le lauréat de la 4e édition de Isanganiro Award N John, Mkombozi sont en clandestinité . Ils craignent pour leur sécurité.

 

Armand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.