Absence des burundais aux 8ème Jeux de la Francophonie : Annick KABATESI exprime son regret

Absence des burundais aux 8ème Jeux de la Francophonie : Annick KABATESI  exprime son regret

Annick Kabatesi ©DR

Alors qu’elle devait s’envoler vers la Côte d’Ivoire pour participer aux 8 ème jeux de la francophonie, la délégation burundaise est finalement restée à Bujumbura ratant ainsi ce grand rendez-vous culturel et sportif. Cette situation crée la polémique à Bujumbura et les spéculations sur les raisons de leur absence à Abidjan fusent.

Contactée par notre rédaction, Annick Kabatesi, une des 4 participants qui devaient se rendre à ces jeux de la francophonie nous livre ses impressions sur la situation qui prévaut actuellement. « Cela faisait un an que nous nous préparions pour cet évènement. Après l’envoie de nos dossiers, des observateurs de l’organisation de la francophonie sont venus à Bujumbura inspecter notre travail et voir si notre travail correspondait aux dossiers que nous avions envoyés. Nous avions travaillé avec le technicien en charge de la francophonie au ministère de la culture pour que tout soit prêt au moins un mois avant la tenue de l’évènement. Toutes les formalités était remplies jusqu’à l’envoie de nos produits à Abidjan. C’est une semaine avant le départ que nous avons été notifiés par message téléphonique que le voyage n’aura plus lieu et cela sans nous donner de véritables raisons ».

Une annulation qui selon Annick Kabatesi ne s’explique pas encore. Et ce, malgré les efforts déployés pour connaitre le fin mot de l’histoire. « J’ai depuis essayé de chercher à savoir pourquoi notre déplacement à Abidjan a été annulé et jusque-là nous n’avons pas encore d’explication effective de la part du ministère. Cependant, on espère avoir très vite une explication et mettre fin à cette histoire». Une situation qui crée un peu la confusion au milieu de burundais qui croyaient en leur délégation aux jeux de la francophonie. « C’est assez gênant de devoir dire aux gens que finalement on n’est pas partie sans leur donner une vrai explication »

Au-delà de ce sentiment de gêne, c’est surtout un sentiment d’opportunité manqué qui anime Annick et ses compatriotes. « Avec cette annulation, on vient de rater une excellente occasion de représenter le pays sur la scène internationale. Les jeux de la francophonie réunissent tout le monde francophone. Cela aurait été l’occasion de montrer de quoi le Burundi est capable et donner une image positive du pays, différente de celle que nous avons. Cela nous aurait ouvert les portes vers d’autres horizons. Cela est vraiment regrettable » nous dit la styliste un peu agacée.

Le voyage étant maintenant une affaire révolue, une question reste cependant en suspens : qu’en est-il des produits envoyés en Côte d’ivoire par les participants pour la compétition ? En effet, 2 des 4 participants, dont Annick et le peintre, avaient envoyé leurs produits pour la compétition avant leur supposé départ. Des produits qui devraient être rapatriés et dont le sort n’a pas encore été décidé.

« Le plus important pour moi maintenant c’est de récupérer nos produits puisque nous ne partons plus. Le problème est que jusqu’à maintenant nous ne savons pas comment nous allons les récupérer. Ce qui est fâcheux, ce n’est pas seulement que c’est le fruit de notre travail mais cela a également coûté de l’argent. J’espère vraiment qu’une solution sera trouvée par rapport à cela, ce serait une mauvaise chose de perdre les produits en plus de ne pas participer à la compétition »

Plusieurs questions restent en suspens sur ce dossier et à l’heure actuelle les autorités ne se sont pas encore prononcées sur l’issue de cette situation. Annick Kabatesi et ses compères espèrent avoir des réponses le plus tôt possible et refermer cette histoire.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments