A la rencontre des entrepreneures d’Ish’Tri Company, l’entreprise qui a gagné 10000€

A la rencontre des entrepreneures d’Ish’Tri Company, l’entreprise qui a gagné 10000€

Aimée Ishimwe et Francine Rumuri de l’ entreprise Ish’Tri Company  ©Akeza.net

Pour avoir convaincu le jury avec leur projet lors de la compétition qui avait pour thème « Bujumbura, ville propre », Impact Hub a octroyé 10.000€ à l’équipe gagnante faite d’Aimée Ishimwe et Francine Rumuri.

 

Akeza.net a rencontré ces jeunes femmes dont le projet a conquis le jury et l’équipe organisatrice de la compétition.

 

Akeza.net : Qu’est-ce que Ish’Tri Company ? Quel est son rôle ?

 

Aimée : Ish’Tri Company est une entreprise en train de naitre… Elle a pour objectif de contribuer à la protection de notre environnement en général et de la santé humaine en particulier.

Ses fonctions sont la sensibilisation d’abord, ensuite la collecte des déchets par tri et enfin le traitement des déchets collectés. Ish’Tri Company va se focaliser beaucoup plus sur les déchets organiques qui seront utilisés pour la production du compost.

 

Akeza.net : Comment l’idée est-elle née ?

 

Aimée : L’idée qui était enfoui dans nos cœurs a pu ressortir avec cette opportunité qui nous a été offerte de participer à ce fellowship d’Impact Hub. Nous avons commencé la compétition avec des idées éparses et nous l’avons terminé avec un projet plus ou moins bien conçu. Je dis plus ou moins parce qu’il évolue …et cela c’est grâce aux formations dont nous avons été bénéficiaires. Elles nous ont permis de raffiner notre projet.

 

Akeza.net : Que signifie « Ish’Tri » ?

 

Francine :Le « Ish » vient d’Ishimwe, nom de ma collègue Aimée Ishimwe. Elle a constaté que « Ish » en arabe signifie femme et comme la femme est une actrice principale dans la propreté, on a pensé à utiliser ce nom. Et le « Tri » vient du verbe trier parce que c’est ce qu’on fait ; le tri des déchets pour en faire quelque chose de meilleur.

 

 

Akeza.net :Lors de la réception du prix, on avait l’impression que vous saviez d’avance que vous alliez gagner car vous aviez déjà préparé un discours, des dépliants de votre projet, des cartes de visite, …

 

Francine : Je dirais qu’on avait beaucoup d’espoir mais on ne savait pas qu’on allait gagner parce qu’on nous avait dit que tout le monde avait bien présenté son projet mais on avait beaucoup d’espoir parce que le pitch, les membres du jury étaient vraiment intéressés par notre projet.

 

Akeza.net : avez-vous déjà commencé à travailler ? Dans quels quartiers œuvrez-vous ?

 

Aimée :Le travail proprement dit n’a pas encore commencé. Mais nous avons quand même déjà contacté certaines catégories de clients (là je pense à certains ménages et restaurants) et cela peut se cadrer dans la sensibilisation. Nous commencerons au mois de janvier avec les quartiers de la zone Kinindo mais nous comptons étendre le marché sur les lieux publics et dans d’autres quartiers de la ville de Bujumbura et pourquoi pas tout le pays !

 

Akeza.net : Comment la distribution des poubelles se fait-elle ? Est-ce gratuit ?

 

Aimée :Les poubelles seront distribuées à ceux qui auront accepté de travailler avec nous. Nous leur donneront trois poubelles de couleurs différentes  que nous changerons chaque semaine pour essayer de maximiser les chances d’avoir cette propreté que nous recherchons. Les poubelles seront gratuites mais la collecte sera payante.

 

 

 

Akeza.net : Où vont les immondices que vous collectez ? Qu’en faites-vous ?

 

Aimée :Les immondices que nous allons collecter seront acheminées au lieu de travail. Les déchets organiques seront traités pour la production du compost et les autres seront donnés à ceux qui les recyclent.

 

Akeza.net : Et  quel est le sort des déchets non recyclables ?

 

Francine :Jusque-là, on pense que nous allons les incinérer. On ne voit pas encore d’autres options.

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.