A la découverte du personnage « Siho Bari », dessinateur et lanceur de blagues invétéré

A la découverte du personnage « Siho Bari », dessinateur et lanceur de blagues invétéré

Siho Bari à l’oeuvre

De plus en plus connu pour ses mini-blagues sur son compte Facebook, Siho Bari se trouve être un sacré dessinateur. Pseudo choisi pour des raisons personnelles, Siho Bari, plutôt timide, se livre à nous et nous partage ses rêves, passions et bien sûr ses dessins. Dessinateur autodidacte, il a commencé le dessin lorsqu’il n’avait que 6 ans prenant comme modèle d’essai Mickey Mouse, le dessin animé le plus célèbre à l’époque. Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Aujourd’hui il arrive à dessiner sans ambiguïté et  avec une exactitude poignante.

 

Ainé d’une famille de fratrie de 6 enfants, « Siho Bari » est parti avec sa famille vivre en Egypte tout petit puis est revenu au Burundi où il a fait ses études primaires à l’Ecole Internationale de Bujumbura. Il est par après parti vivre au Canada où il fait le Web and Graphic Design comme études. Un temps, il s’est intéressé à l’animation mais au bout d’une année, il s’en lassa. Après tout, pour faire une minute de dessin animé, il faut à peu près  100 dessins, c’est un peu fatiguant à la longue.  Néamoins, il s’essaya par la suite au cinéma ce qui le conduira, pour 3ans, vers la belle ville de Cape Town en Afrique du Sud.

 

Akeza.net : D’où vient ton pseudo ?

Siho bari : c’était en Juin de cette année, je vivais une période plutôt compliquée de ma vie. Pour des raisons personnelles, j’ai dû effacer tout ce qui était sur mon compte Facebook. Ma page était vide mais je ne voulais pas effacer mon compte. Il n’y avait rien et c’est comme si il n’y avait personne, d’où le nom « siho bari » qui veut dire ils ne sont pas là.

 

Akeza.net : Ensuite tu t’es mis à peupler ton compte d’humour ?

Siho Bari : Après je me suis dit que le compte ne pouvait pas rester vide tout de même, j’ai commencé alors à poster un de mes dessins et les gens l’ont aimé. Puis j’ai momentanément arrêté de dessiner et mon compte était encore vide alors je me suis dit, pourquoi ne pas lancer une blague ? Chose que j’ai bien sûr faite et puis petit à petit je nourrissais le compte et faisais des admirateurs en passant.  Du coup, j’ai mélangé dessin et humour.

 

Akeza.net : Pourquoi tiens-tu  à l’anonymat ?

Siho Bari : Je ne tiens pas à l’anonymat comme tel. C’est juste que je préfère mettre en avant ce que je fais donc ce que je suis. Il y en a qui sont sur les réseaux sociaux et qui préfèrent poster leur quotidien, leur vie, pour d’autres les réseaux servent d’album photos et il y a aussi de ceux qui s’en servent pour le business et autres multiples raisons. Me concernant, je préfère garder ma vie privée hors des réseaux sociaux. Quand on dit « Siho Bari », je ne veux pas être référé au gars qui habite tel coin, a telle coiffure, conduit telle voiture. Je préfère qu’on dise oh c’est le gars qui a fait telle œuvre, le personnage qui poste telles blagues. Je pense que ce n’est pas à partir des photos et informations postées sur son compte Facebook qu’on connait quelqu’un (Rires). Je n’ai pas de problèmes à rencontrer les gens face à face et faire connaissance correctement. La plupart des gens ne sont pas ce qu’ils montrent sur les réseaux sociaux. Tu ne sais jamais à qui tu as affaire jusqu’à ce que tu les rencontres.

Donc je ne suis pas anonyme, je sépare juste les choses. J’ai quand même beaucoup d’amis qui me connaissent et savent qui se cache derrière les dessins et ils n’arrêtent pas de me taquiner (Rires). J’offre mon travail et mes blagues au public. Mon visage et mon nom ne leur serviraient à rien, vraiment. (Rires)

Bob Marley et Abraham LincolnDessin de Bob Marley et celui de Abraham Lincoln

 

Akeza.net : As-tu des normes à respecter ou des règles lorsque tu dessines?

Siho Bari : Dans l’art, il n’y a pas de normes. L’art c’est la façon dont tu y arrives.  C’est comme avec les mathématiques ; 5+3=8, 4 plus 4 donne 8, comme le font 6 et 2. Je dirais même que tout le monde est artiste, seulement les arts diffèrent. Il faut juste être soi-même et avoir confiance en soi.

 

 Akeza.net : Quels sont tes rêves et activités autres que le dessin ?

Siho Bari : J’ai toujours rêvé d’être astronaute ou archéologue. J’aime voyager. Soit dans l’espace soit dans le temps ! Mais bon on oublie les rêves, en réalité j’aime bien faire du tourisme, découvrir les coutumes étrangers, les anciennes mythologies, suivre les documentaires (parce que je ne lis pas beaucoup) me perdre dans la nature, j’aime danser, une partie de jeu de dames ne me fait aucun mal,  et surtout penser (Rires)

Akeza.net : Où te vois-tu d’ici 5 ans ?

Siho Bari : Je n’ai aucune idée de ce que l’avenir me réserve mais j’espère être en train de faire le tour du monde dans 5 ans (Rires). Sinon j’ai des projets au nom de l’art au pays, mais je préfère ne pas en parler. On sait tous bien que la plupart des plans non finis, une fois dévoilés, tombent à l’eau. Mais aussi j’aimerai un jour faire valoir mes œuvres sur l’échelle internationale et exposer un peu partout. La route sera longue et le défi très sérieux.

Ideline AkimanaIdeline AKIMANA, mannequin burundais évoluant en Afrique du Sud

 

Akeza.net : Y-a-t-il des avantages et inconvénients à être dessinateur?

Siho Bari : Les avantages d’être dessinateur. Hmm, (air pensif) voyons. De un,  tu ne peux pas t’ennuyer car il y a toujours à faire. S’il n’y en a pas tu crées. Tous les outils sont devant tes yeux. De 2,  personnellement ça rend fier de soi. Dans la marge où, tu contemples ce que tu es parvenu à faire. Et à chaque dessin tu t’améliores, tu ne cesses jamais d’apprendre de nouveaux trucs. De 3, j’aime bien le défi. Des fois, il y a des gens qui te demandent de faire des choses que tu n’as jamais faites auparavant. Mais ça ne doit pas être sorcier. A l’attaque !

 

Les inconvénients, il y en a quand même, surtout au Burundi. Nous vivons dans une société où les gens se referment sur eux même. Ils sont tellement à cran sur la tradition et les valeurs que même leur perception des choses en souffre. L’art meurt quand les gens ne se permettent plus de ressentir. Genre ils vont regarder une œuvre et dire Ok il sait dessiner et puis? Ils n’arrivent pas à comprendre le feeling,  ça ne les intéresse pas vraiment. On peut dire que c’est leur problème. Mais au niveau des artistes c’est un problème parce qu’ils n’arrivent plus à se vendre. L’autre jour, j’ai vu de beau gros tableaux se vendre à 15000 Fbu, soit 6$. C’est vraiment décourageant, tenu compte du travail et du temps de l’artiste.

 

 

Akeza.net : Généralement, combien de temps te prend un dessin?

Siho Bari : Ca dépends de la taille et des détails et de ma motivation. Normalement un portrait de 25 × 25 cm  me prend moins de 2 heures non-stop. Mais des fois j’ai la flemme alors je remets la moitié au lendemain. Mais vraiment tout dépend de la taille et des détails.

Pablo EscobarDessin de Pablo Escobar

 

Akeza.net : Quel genre de dessins fais-tu ? A part dessiner, as-tu un autre talent?

Siho Bari : Je fais du pop art, du réalisme et un peu de trompe-l’œil. Je ne fais pas que le dessin, je fais aussi du design graphique, la photographie et du montage vidéo, dans le temps je faisais du skateboard. Mais je me fais vieux-là.

Drake et Al CaponeLe chanteur américain Drake et le légendaire Al Capone

 

Akeza.net :  » Siho Bari » semble être un moyen de s’échapper des problèmes du quotidien, le perçois-tu ainsi?

Siho Bari : Siho Bari est plus une mentalité, un mode de vie pour moi. On vit dans un monde complexe avec des gens complexes, où personne n’est parfait. Ce monde a beaucoup de failles. Beaucoup de choses ne vont pas comme il faut. Beaucoup de choses ne sont pas logiques. Et quand ça ne va pas les gens aiment se plaindre, s’insulter, se battre. Mais quand on y pense ça ne nous mène nulle part. Au lieu de se compliquer à essayer de comprendre le pourquoi des choses… je me dis que siho bari (Ils ne sont pas là) mentalement.

Au lieu de me mêler des choses qui ne m’apporteront rien de bon, je me retire mentalement et spirituellement, siho ndi (Je ne suis pas là) Je peux être entouré de gens sans nécessairement être avec eux. Ça donne la paix, les gens devraient essayer ça. Même Jésus avant de mourir a dit Dieu pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font, Siho bari (Ils ne sont pas là)

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments