A 15 ans, Ritha Marie-Ange Kundusenge lance sa ligne de vêtements

A 15 ans, Ritha Marie-Ange Kundusenge lance sa ligne de vêtements

A 15 ans, Ritha Marie-Ange Kundusenge lance sa marque de vêtements « Pearl Collection » © Akeza.net

Pendant que certaines se prennent en selfie dans des endroits hits du moment, sortent de temps en temps, elle, elle chiffonne, dessine et raffine ses mannequins sur papier. Dans un monde où le métier de styliste-designer propose une concurrence des plus rudes, Ritha s’avère être une jeune fille qui sort du lot grâce à ses visions et un potentiel inépuisable.  Nous l’avons rencontrée.

Toujours au naturel, d’une voix suave, et des propos relevant d’une grande sagesse, elle a répondu à nos questions. Elle nous parle même de « Pearl Collection » sa ligne de vêtements, dont le lancement se fera demain à l’hôtel Royal Palace à partir de 17h. L’entrée est fixée à 20.000FBU pour les places ordinaires et 30.000Fbu pour les places VIP. Exigeante la petite !

Les débuts

Agée de 6 ans, Ritha avait déjà un œil observateur et une parfaite mémoire.Passant plus de temps à la maison qu’à l’extérieur, elle a commencé à mettre sur papier ce qui lui passait par la tête. « Je parlais à peine, j’étais trop timide. Alors je regardais plus que je ne parlais. Chaque fois que mes tantes nous rendaient visite, je les regardais attentivement. Les bijoux, l’accoutrement et les chaussures, tout. Après leur départ, j’allais dans ma chambre et je dessinais ce qu’elles portaient ou selon moi, ce qu’elles devraient porter. Ce n’est qu’à 8 ans que je me suis dit que ce serait un gâchis de ne rien faire avec mes croquis alors je les ai montrés à ma mère, qui depuis ce jour m’aide et me soutient dans ce que je fais»

Petite fille touche à tout, elle obtient le rôle principal dans un court-métrage lors du Festicab (Festival International du Cinéma et de l’Audiovisuel du Burundi) en 2012, alors âgée de 10 ans. « J’aime le théâtre, le chant, le design. Je m’essaie à tout. Je ne crois que pas que chaque personne soit dotée d’un seul don»

A bas le masque

Ritha rêve de devenir une grande créatrice, avoir une maison de couture et habiller des mannequins pour des défilés de mode internationaux. En dépit de son courage, de ses ambitions et de son dévouement au travail, elle reconnait que cela ne se fait pas en un claquement de doigts. « A chaque anniversaire, je me fixe un nouveau défi, une nouvelle réalisation. Cette année je me suis donnée la tâche de sortir de l’ombre. Mettre ma timidité de côté et faire reconnaitre mon travail. Par mon travail, j’entends ce que j’ai fait depuis que j’ai 8 ans »

La couture est quelque chose qui lui tient à cœur, pourquoi le garder pour soi ? S’est-elle dite « J’ai organisé un show que j’ai appelé“The Choice” (le choix, en français). Le show aura lieu ce vendredi  5 Mai 2017. La vie est faite de choix. Bon ou mauvais. Tu es toujours amené à choisir”.

Ses ambitions

La jeunesse fait face à un chômage sans nom. Ritha se demande déjà ce qu’elle va faire dans 3 ans quand elle aura terminé ses études secondaires à l’Ecole Internationale de Bujumbura. « Je suis enfant unique et je suis vraiment aisée. Mais cela n’empêche pas qu’un beau jour je me réveille sans sous ni toit ni personne pour me soutenir. Je ne compte pas abandonner mes études pour commencer à travailler maintenant parce que je sais les études sont la base de certaines connaissances »

Dans un temps de rien du tout, elle passe de petite fille toute timide à la petite starlette de la ville. Comment a-t-elle fait ? D’un ton calme, elle dit « Dans mon silence, je dessinais le livre d’or de ma vie »

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments