2 matches, 2 défaites: Vital’O FC décide de briser le silence !

2 matches, 2 défaites: Vital’O FC décide de briser le silence !

Le club légendaire Vital’O FC traverse une période d’impasse ces derniers temps. Défaites, matches nuls, et problèmes internes « non dévoilés » du club rythment de plus en plus ses contre-performances. Face à toutes ces tractations, ils sont nombreux à se demander le pourquoi du comment. C’est ainsi que le comité exécutif du club a tenu un point de presse ce 17 septembre 2020 pour faire le point sur la situation actuelle du club afin de lever toute polémique.

 

C’était sans doute un point de presse très attendu pour un club comme Vital’O FC qui a le mérite d’avoir un background honorifique. En effet, ce club légendaire vient de passer plusieurs mois à dégager des résultats à vrai dire moins convaincants. Ce qui remet en cause sa réputation.

 

Sa 6ème place ainsi que ses performances à l’issue de la saison dernière (2019-2020) étaient des signes avant-coureurs qui ont bien prouvé qu’il y a quelque chose d’inhabituel. Sur les 5 dernières années, Vital’O n’avait jamais quitté le « Big four ». Sur 30 matches, le club avait bouclé la saison avec un palmarès suivant : 12 victoires, 10 défaites et 8 nuls avec 44 points.

 

Si l’année dernière, cette formation avait réussi à se battre pour sauver son image, avec cette saison (2020-2021), le club semble être fragilisé. Il vient de mal démarrer le championnat en encaissant 2 défaites de suite en 2 matches (l’une contre Rukinzo et l’autre contre sa rivale de tous les temps, Inter star). Un géant aux pieds d’argile ?

 

Des contre-performances qui inquiètent le monde footeux burundais. Pour certains, cela serait dû aux départs de quelques éléments coriaces sur leurs postes, notamment celui du capitaine et meneur de jeu Saido NTIBAZONKIZA qui avait prêté main forte au club en apportant sa riche expérience, celui de son animation en milieu de terrain Asman NTAHOBARI ou encore du défenseur adulé de Moussa MURYANGO. Pour d’autres, ils relèvent la présence d’un effectif nouveau ou encore des problèmes internes du club.

 

« On ne se décourage pas…»

 

S’exprimant sur ces causes qu’il connote de « rumeurs » et sur les contre-performances du club, le vice-président du club Evariste MUKURARINDA tranquillise. « Il n’y a aucun problème dans le club. Les défaites font partie du jeu. Le plus important est qu’on a décelé les erreurs et on va les corriger petit à petit parce qu’on a beaucoup de nouveaux venus. On est en train de reconstruire l’équipe. On ne se décourage pas. Nous allons nous rattraper », a-t-il indiqué.

 

Interrogé sur ce qu’on peut attendre du club sur ces prochaines rencontres, à priori percutants, notamment contre Musongati (ce dimanche 20/9 à Gitega), Messager Ngozi FC et Flambeau du centre, M.Evariste se veut rassurant et optimiste. «Tout va se jouer sur le terrain ».

 

Pour la petite histoire

Sans doute ceux qui ont eu la chance d’étudier au temps de l’ancien système avant l’école fondamentale ont sûrement entendu parler de Vital’O FC. On l’a lu dans les manuels scolaires : « Vital’O est le plus fort », lisait-on dans les textes didactiques. C’était un club qui faisait le bon et le mauvais temps à l’époque. Tout le monde en rêvait. Ses exploits auront rassemblé beaucoup de supporteurs. Des matches gagnés, des trophées remportés tant au niveau national que régional lui ont fait la part belle.

 

Existant depuis 1957, Vital’O FC reste le seul club burundais qui détient jusque-là le plus de titré au niveau local : 28 titres, une coupe de la CECAFA et plus de participation dans les compétitions africaines (Champions League de la CAF et la Coupe de la confédération).

Au regard de son niveau actuel et la concurrence d’autres clubs, Vital’O a-t-il encore les chances de se ressaisir afin de redorer son image ? La tâche n’est pas si facile que ça…

Fleurette HABONIMANA 

 

Comments

comments